Dimitri Szarzewski : " Pourquoi on serait les favoris ? "

le , mis à jour à 11:16
0
Dimitri Szarzewski : " Pourquoi on serait les favoris ? "
Dimitri Szarzewski : " Pourquoi on serait les favoris ? "

Interrogé au sujet du match de dimanche prochain contre l'Irlande, Dimitri Szarzewski n'a pas voulu que les Bleus endossent le costume de favoris après la victoire pénible de l'Irlande contre l'Italie. Pour lui, le XV du Trèfle reste une référence contre laquelle la partie s'annonce compliquée.

Dimitri Szarzewski, avez-vous vu le match entre l’Irlande et l’Italie ?
Une partie. On avait musculation l’après-midi donc on n’a vu que quelques passages. Les Italiens ont été bons. Ils ont fait un bon match. J’ai juste vu le résultat, mais vous savez, tous les matchs de Coupe du monde sont difficiles, donc ça ne me surprend pas. 

Que pouvez-vous nous dire sur votre hôtel ?
C’est plus sympa que Croydon, ça s’est sûr. La nourriture est meilleure et les installations sont bonnes. C’est le centre d’entraînement du pays de Galles donc c’est pas mal.C’est différent de Marcoussis. Déjà il y a un golf, à Marcoussis il n’y a pas de golf. Il y a un château, à Marcoussis, il n’y a pas de château. Après c’est vrai que c’est assez isolé comme Marcoussis, mais Marcoussis reste Marcoussis. Et le centre d’entraînement du pays de Galles reste le leur.

Qu’avez-vous pensé du match Angleterre-Australie ?
On a vu un beau match des deux équipes et notamment de l’Australie qui montre qu’elle est favorite pour cette Coupe du monde. Ils ont fait un grand match et c’est assez triste pour les Anglais. 

« Ils sont beaux, ils sont grands, ils sont forts »

Mathieu Bastareaud s’est dit content de l’élimination de l’Angleterre. Et vous ?
Cela appartient à Mathieu. Je ne peux pas me satisfaire du malheur des autres. Aujourd’hui ça doit être très dur pour l’Angleterre, et pour dire la vérité, je n’aimerais pas être à leur place.

Vous sentez-vous favoris face à l’Irlande ?
Depuis la fin de la préparation, depuis la fin du Tournoi, depuis le début de la compétition, vous avez monté l’Irlande au sommet. Ils sont beaux, ils sont grands, ils sont forts, ils jouent bien au rugby, c’est les meilleurs donc pourquoi on serait les favoris ? Non, c’est l’Irlande. Pourquoi ça changerait sur un match maintenant ? 

Même après le match de dimanche ?
Pourquoi ça changerait ? Je n’ai pas vu le match, mais d’après ce qui a pu se dire dans la presse, je pense que les Irlandais sont favoris. On verra dimanche à Cardiff, au Millenium, comment ça va se passer.

On a l’impression que Jonathan Sexton, comme Jamie Roberts, n’est pas le même avec son équipe nationale ?
Peut-être qu’il a eu un peu plus de mal à s’adapter avec l’équipe du Racing mais ça reste un très bon joueur, un meneur d’hommes. Il va falloir être vigilant parce qu’est c’est un très bon joueur. 

« Ce match arrive au bon moment »

Dans quel domaine devrez-vous hausser votre niveau de jeu face à l’Irlande ?
Il va falloir être performant dans tous les secteurs en commençant par la conquête en touche et en mêlée, et dans le jeu au sol. Attention, parce que vous le savez aussi bien que moi, ils ont tendance à garder le porteur de balle en l’air pour former des mauls et récupérer des ballons sur les mêlées. Il faudra aussi faire attention aux hors-jeu sur leurs lancements, notamment en touche ou en mêlée où ils sont assez efficaces, donc à nous de bien analyser tout ça et d’être prêt pour le match.Il va falloir concrétiser nos temps forts et éviter de les regarder jouer. On devra avoir une défense agressive, aller les chercher, les bousculer et si on arrive à faire tout ça, ça se passera mieux pour nous. 

La clé du match n’est-elle pas la bataille au sol dans les rucks ?
Les rucks sont super importants. Quand on arrive à créer plusieurs temps de jeu, on arrive à mettre les défenses en difficulté. Si on n’arrive pas à faire trois temps de jeu, ça devient forcément plus compliqué, donc il faut continuer à travailler les rucks où on doit être plus efficaces.

Pensez-vous déjà au quart de finale ?
Il faut prendre les matchs les uns après les autres. D’abord l’Irlande et ensuite les phases finales. Ne nous mettons pas de pression supplémentaire, c’est inutile. Concentrons-nous d’abord sur ce match et ensuite on verra.

Ce match n’arrive-t-il pas au meilleur des moments ?
Je pense que ce match arrive au bon moment. On a pu régler tout ce qui n’allait pas donc c’est bien de pouvoir jouer contre une grande nation comme l’Irlande juste avant les phases finales.

Propos recueillis par notre envoyé spécial au pays de Galles, Jean-François PATURAUD

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant