Dilemme sur le caoutchouc en Inde

le
0

(Commodesk) Le gouvernement indien doit choisir : satisfaire les producteurs de caoutchouc, qui réclament un arrêt des importations tant que les cours mondiaux seront bas, ou écouter les industriels du pneu, qui s'accommodent bien de ces approvisionnements au rabais.

L'Inde a acheté sur les marchés étrangers 214.000 tonnes de caoutchouc brut en 2011-2012 (dont 63.270 tonnes au Vietnam), et 153.855 tonnes (+33%) sur les huit premiers mois de l'année fiscale 2012. Ces achats se font à 70% libres de droits.

Les cultivateurs d'hévéas indiens ont produit 9,0 millions de tonnes de caoutchouc en 2012 (contre 8,6 mdt en 2011), pour une consommation de 9,6 millions de tonnes (9,4 mdt en 2011) soit 800 grammes par an par habitant.

Les planteurs voudraient un arrêt des autorisations d'importer, pour protéger le marché intérieur. Six millions de producteurs demandent des droits de douane portés à 8% sur le produit brut, pour éviter que le caoutchouc du sud-est asiatique ne soit trop compétitif. Une barrière tarifaire qui s'appliquerait également aux produits finis comme les pneus automobiles.

Le caoutchouc indien a perdu depuis un an un tiers de sa valeur, exprimée en roupies. Mais à 2,25 euros le kilo, il reste plus cher que le caoutchouc vietnamien, importé à un prix moyen de 2,19 euros le kilo.

L'association des industriels du pneu juge les barrières tarifaires contre-productives, alors que la demande en biens automobiles est faible. Les fabricants évaluent leurs besoins d'importations à 250.000 tonnes en 2012-2013, et jugent les prix intérieurs (supérieurs aux cours internationaux) comme un handicap.

L'Inde est le 4e producteur mondial de caoutchouc, avec 8,2% du total mondial en 2010 selon All India Rubber Industries Association.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant