Dijsselbloem prône la fermeté face à Londres sur la finance

le
0
    BRUXELLES, 29 novembre (Reuters) - L'Union européenne ne 
doit pas permettre à Londres de rester la principale place 
financière pour la zone euro après le Brexit si la 
Grande-Bretagne ne veut pas respecter les règles financières de 
l'Union européenne, a déclaré mardi le président de 
l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem. 
    Le ministre néerlandais des Finances, lors d'une audition 
par la commission des Affaires économiques et monétaires du 
Parlement européen, a ajouté s'attendre à ce que la 
Grande-Bretagne refuse de se plier aux règles de l'UE une fois 
qu'elle en sera sortie, ce qui contraint selon lui l'Union à 
adopter une "position ferme".  
    "Nous ne pouvons pas permettre à un pays tiers de disposer 
d'un accès, avec des droits intégraux de passeport, aux marchés 
des services financiers en Europe si, dans le même temps, nous 
lui permettons de diverger en termes de niveaux de capitaux, 
d'exigences, de protection des consommateurs etc", a-t-il dit.  
    "Nous ne pouvons pas permettre que le centre des services 
financiers pour l'Europe et la zone euro se trouve à l'extérieur 
de l'Europe et de la zone euro et qu'il puisse tracer sa propre 
route en matière de règles et de régulation, d'exigences etc." 
    "Nous devons adopter une position ferme sur ce point", 
a-t-il poursuivi. "Il n'y a pas d'alternative." 
     
 
 (Alastair Macdonald; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant