Difficultés d'Areva : Lauvergeon admet «une part de responsabilité»

le
12
Difficultés d'Areva : Lauvergeon admet «une part de responsabilité»
Difficultés d'Areva : Lauvergeon admet «une part de responsabilité»

Anne Lauvergeon fait son (petit) mea culpa. L'ancienne patronne d'Areva admet «une part de responsabilité» dans les difficultés du groupe nucléaire. Interrogée par les Echos de ce vendredi sur les résultats catastrophiques annoncés par l'entreprise la semaine dernière, une perte de près de 5 milliards d'euros, elle affirme tout d'abord, «comme tout le monde», avoir été «surprise et choquée».

«Quand on passe dix ans à la tête d'un groupe, on porte forcément une part de responsabilité», admet-elle, se disant, quatre ans après son départ toujours «très attachée à cette entreprise et à ses salariés». «Mais je ne supporte plus les contre-vérités qui circulent», affirme l'ex-patronne d'Areva, sans développer davantage.

Le secteur a dû faire face à «deux bouleversements», dit-elle : une crise de l'énergie en Europe, et l'accident de la centrale japonaise de Fukushima en 2011 qui a «transformé le paysage nucléaire». Or «pour réduire la sensibilité d'Areva face à un risque d'accident nucléaire, nous avions diversifié les activités», affirme Anne Lauvergeon.

«Mais l'Etat nous a demandé de vendre un tiers de notre chiffre d'affaires en cédant en 2010 Areva T&D. C'était une décision politique que de recentrer Areva sur le nucléaire», affirme l'ex-patronne du groupe.

Interrogée pour savoir si «c'est l'Etat actionnaire qui a failli», Anne Lauvergeon affirme qu'il «a tardé à donner à Areva les moyens nécessaires dans la compétition mondiale».

A l'heure actuelle, «on aurait surtout un immense intérêt à une paix des braves entre EDF, GDF Suez et Areva. Les conditions me paraissent aujourd'hui réunies», juge-t-elle. François Hollande a en effet plaidé pour un rapprochement entre Areva et EDF.

#Areva Anne Lauvergeon répond aux critiques dans Les Echos cc @moreauchevrolet @goaer @xavcharpentier pic.twitter.com/b8Q3i3gKlZ-- Julien Landfried (@landfried) 12 Mars ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M744262 le vendredi 13 mar 2015 à 09:00

    je reposte les sauces ont le chic pour recruter des nanardes

  • M744262 le vendredi 13 mar 2015 à 08:59

    les sauces on le chic pour recruter des nanardes

  • M744262 le vendredi 13 mar 2015 à 08:57

    pardonnez moi mais seule un femme est capable de faire un tel résultat !!!!!!!!

  • berco51 le vendredi 13 mar 2015 à 08:26

    Quand on aspire un diriger un groupe de la dimension d'areva, on assume ses responsabilités. N'avait -elle tout simplement pas la stature pour un tel poste?

  • guilabru le vendredi 13 mar 2015 à 08:25

    La "reine " Anne admet une part de responsabilité ! Quelle malhonnêteté intellectuelle !J'espère qu'elle est marquée au fer rouge et quelle ne sera plus patronne d'une quelconque entreprise publique ou privée.

  • finkbro1 le vendredi 13 mar 2015 à 08:00

    une part seulement ? ... enfin pas de soucis pour elle, elle a su cracher sur sarko au bon moment pour obtenir des postes par les socialistes, elle est l exemple même du miasme putride politique dans lequel se gavent une quirielle d incompétents contrôlés positif.

  • gache1 le vendredi 13 mar 2015 à 07:53

    Quelle modestie ! Juste une toute petite part de responsabilité. Pas plus ! Mais qui était le chef viril qu'elle voulait incarner à l'époque ?? Une belle représentante de nos élites !

  • KENTOF le vendredi 13 mar 2015 à 07:51

    Napoléon doir se retourner dans sa tombe (désolé)

  • KENTOF le vendredi 13 mar 2015 à 07:50

    lorsqu'une équipe est mauvaise c'est qu'elle est mal dirigée, elle drevait rendre sa décoration, Naoléon doit se retourner dans sa tombe, triste pays

  • 750gr le vendredi 13 mar 2015 à 07:44

    C'est quoi le truc rouge au revers de sa veste ? Un tache de sauce tomate?