Dieudonné : la «quenelle», un geste controversé

le
0
Dieudonné : la «quenelle», un geste controversé
Dieudonné : la «quenelle», un geste controversé

Comme tous les humoristes, Dieudonné a des expressions récurrentes dans ses sketchs. « Je lui en ai glissé une », répète depuis une dizaine d'années l'inventeur autoproclamé de la quenelle. Une formule que l'on pourrait rapprocher de l'expression vulgaire « Tu peux te la mettre où je pense », mais en mode transitif. La quenelle de Dieudonné allie la parole et le geste. Il tend un bras en l'inclinant vers le bas et place l'autre main à la hauteur du poignet, de la pliure du coude ou de l'épaule.

Mais cet élément de langage du comique plus que controversé a quitté depuis longtemps l'univers de ses sketchs pour devenir un signe de ralliement ou un clin d'?il pour ses fans, un signe ouvertement antisémite pour ses détracteurs. Un geste devenu suffisamment polémique pour que plusieurs célébrités se soient excusées après l'avoir mimé publiquement. Dieudonné le premier lui a donné une dimension idéologique. Aux élections européennes de 2009, il était en première position en Ile-de-France sur une « liste antisioniste », glissant une quenelle sur son affiche. Considérée par les inconditionnels de Dieudonné comme « un bras d'honneur au pouvoir d'en haut », la quenelle est devenue pour certains un geste potache ou de défi au « système ».

Un salut nazi inversé aux yeux de certains

Des centaines d'anonymes, le visage masqué ou non, se sont mis à se photographier en l'exécutant dans différents contextes, postant leurs clichés sur le Net. Une sorte de concours encouragé par Dieudonné. Et les dérapages sont arrivés. Comme ces militaires français en uniforme faisant une quenelle devant une synagogue, un anonyme devant la rue du Four ou le sulfureux idéologue Alain Soral posant au milieu du mémorial de l'Holocauste à Berlin. Quelle véritable signification donner à ce geste? « Il y a plusieurs interprétations possibles, indiquait récemment sur le site des Inrocks Jean-Yves Camus, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant