Dieudonné : Filippetti n'exclut pas de fermer son théâtre

le
7
Dieudonné : Filippetti n'exclut pas de fermer son théâtre
Dieudonné : Filippetti n'exclut pas de fermer son théâtre

Aurélie Filippetti défend «la liberté de création et d'expression» mais ne tolère plus le «message de haine» de Dieudonné. Pour la ministre, il a quitté monde des «artistes». Interview :

La circulaire prise par Manuel Valls va-t-elle dans le bon sens ?

Aurélie Filippetti. Oui. Sans aucun doute. Elle répond à une nécessité urgente : arrêter la propagande négationniste de Dieudonné. Cette circulaire donne aux préfets les moyens d'intervenir pour empêcher la diffusion de ce spectacle gravissime. Le rappel de la jurisprudence est essentielle : le respect de la dignité humaine fait partie de l'ordre public. Or ce spectacle fait l'apologie du génocide des juifs.

«Le Mur», son spectacle, est-il une ?uvre de création humoristique ?

Non. M. Dieudonné n'est plus un comique. Il est devenu un militant négationniste et révisionniste. M.Dieudonné n'appartient plus au monde du spectacle. Il n'est plus du côté des artistes ou des créateurs. Quand on fait monter Faurisson (militant négationniste, Ndlr) sur scène, où est l'art ? M. Dieudonné ne peut pas se prévaloir de la création. Il est du côté de la propagande d'extrême droite.

Coluche a bien dit en 1988 sur le plateau de Patrick Sébastien que les «juifs étaient très riches, en tout». Sans être interdit...

Oui et Pierre Desproges a aussi dit qu'«on pouvait rire de tout mais pas avec n'importe qui...». Dieudonné, c'est l'inverse de Coluche et de Desproges»

Le même Desproges qui faisait rire en citant Himmler...

Mais quand Coluche ou Pierre Desproges faisaient cela, il n'y avait aucune apologie des crimes contre l'humanité. Et leur objectif était bien de dénoncer l'antisémitisme, la xénophobie. Corriger les moeurs par le rire, tel était leur crédo. Avec Dieudonné, c'est l'inverse, il faire rire pour mieux faire passer son message de haine. Coluche, Pierre Desproges étaient fins, au dessus de tout ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rougegre le vendredi 10 jan 2014 à 07:16

    Et la démocratie elle est ou ?

  • rodan3 le vendredi 10 jan 2014 à 01:11

    et surtout çà détourne l'attention du "bon peuple " des principales questions de la politique de Normal 1er et de leur avenir dans une récession financiere qui s'avance à grands pas ... !!

  • rodde12 le mardi 7 jan 2014 à 10:15

    Voltaire: " Je combatrais vos idées jusqu'a la mort , mais je me ferais tuer pour que vous puissiez les exprimer!" Les temps ont changé.Vals se mue en Torquemada. Les nuages noirs de la dictature se lèvent à l'horizon. La dictature administrative se prépare au combat contre la liberté.

  • knbskin le mardi 7 jan 2014 à 08:48

    Dieud0nné et sa quenelle sont devenus l'ennemi public numéro 1, comme Leonarda était la Cosette du XXIe siècle ... Plutôt que de se concentrer sur des "messages de haine" soigneusement choisis et montés en épingle, le gouvernement ferait mieux de s'attaquer à ceux qui pratiquent la haine au jour le jour avec des balles sonnantes et trébuchantes. Par exemple les émules des mohamed merah de ce monde ...

  • g.marti4 le lundi 6 jan 2014 à 23:01

    On va pouvoir ressortir les fables de La Fontaine : "selon que vous êtes puissant ou misérable... Il ne reste plus à "même paslà" de faire une prise d'otage comme à la cgt goodyear.

  • g.marti4 le lundi 6 jan 2014 à 22:59

    On va pouvoir ressortir les fables de La Fontaine : "selon que vous êtes puissant ou misérable... Il ne reste plus à "même paslà" de faire une prise d'otage.

  • M3182284 le lundi 6 jan 2014 à 22:51

    Par contre quand un M'bala ou un Mamadou vole ou viole, il a un blâme: il n'est ni enfermé ni expulsé, c'est une "victime" . Mieux vaut attaquer une vieille que dire des insultes racistes dans ce pays.Mais quelle maladie mentale nous paralyse pour se focaliser sur ce minable et pas sur les drames de tous les jours impunis?