Dieudonné, coup d'arrêt à une dérive, dit le gouvernement

le
0
L'INTERDICTION DU SPECTACLE DE DIEUDONNÉ DONNE UN COUP D'ARRÊT À UNE DÉRIVE, SELON LE GOUVERNEMENT
L'INTERDICTION DU SPECTACLE DE DIEUDONNÉ DONNE UN COUP D'ARRÊT À UNE DÉRIVE, SELON LE GOUVERNEMENT

PARIS (Reuters) - La décision d'interdire les spectacles de l'humoriste Dieudonné a permis "d'enrayer la machinerie infernale de l'antisémitisme", a déclaré dimanche la porte-parole du gouvernement.

Najat Vallaud-Belkacem a appelé à la vigilance sur le contenu du nouveau spectacle que Dieudonné entend présenter après avoir pris acte des interdictions signifiées par la justice pour trois représentations.

"Le simple fait qu'il décide de changer de spectacle et d'enlever un certain nombre de propos antisémites est une forme d'aveu", a-t-elle déclaré lors du "12-13" de France 3.

Priée de dire s'il s'agissait d'une victoire du ministre de l'Intérieur Manuel Valls, la porte-parole du gouvernement a répondu : "Oui, je le crois. Manuel Valls a fait preuve de beaucoup de volontarisme en la matière.".

Najat Vallaud-Belkacem a estimé que c'était plus largement "une victoire pour la République", soulignant le soutien apporté par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, au ministre de l'Intérieur.

Des juristes continuent néanmoins à critiquer une forme de justice préventive, attentatoire aux libertés publiques.

"C'est une censure subtile, car cette démarche du référé juge en urgence mais pas sur le fond", estime ainsi Philippe Bilger, ancien avocat général, dans le Journal du dimanche.

Dieudonné a annoncé samedi l'abandon de son spectacle interdit et en a présenté un nouveau, dont aucun élément ne devrait selon lui tomber sous le coup de la loi.

L'humoriste a estimé que cette décision devait mettre fin à "l'affaire Dieudonné", un bras de fer engagé par le ministre de l'Intérieur avec l'appui du gouvernement.

Il cependant précisé que ses avocats continueraient à défendre le spectacle interdit, "Le Mur", et que "les magistrats auront à se prononcer sur le fond".

Alain Jakubowicz, président de la Licra, une association à l'origine de poursuites contre l'humoriste, a estimé qu'il devrait pouvoir remonter sur les planches avec ce nouveau spectacle.

Le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) a cependant dit accueillir avec "beaucoup de méfiance et de réserves" les engagements de Dieudonné, précisant avoir été échaudé en 2009 par les promesses d'apaisement de l'humoriste.

"Pour le BNVCA le renoncement de Dieudonné à son dernier spectacle est insuffisant. Il exige des excuses, un repentir et l'engagement de ne plus récidiver", écrit l'organisation dans un communiqué.

Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant