Dieudonné condamné pour apologie du terrorisme

le
3

* Un "amalgame provocateur", selon le tribunal * Le jugement évoque son "hostilité" envers la communauté juive (Actualisé avec réactions, détails) PARIS, 18 mars (Reuters) - Dieudonné a été condamné mercredi à deux mois de prison avec sursis pour apologie d'actes de terrorisme en raison d'un message posté sur Facebook après les attentats djihadistes qui ont fait 17 morts début janvier en France. Il devra également verser un euro symbolique à deux associations qui se sont constituées partie civile. Ni Dieudonné ni ses avocats n'ont assisté à la lecture du délibéré. Joint par Reuters, son conseil n'a pas souhaité s'exprimer dans l'immédiat. "On ne peut pas dire tout et n'importe quoi", a réagi Me Rémi-Pierre Drai, qui représentait Avocats sans frontières. Le parquet avait demandé 200 jours-amende à 150 euros à l'encontre du polémiste, soit 30.000 euros d'amende. Il encourait jusqu'à sept ans d'emprisonnement et 100.000 euros d'amende, les faits ayant été commis en ligne. Le 11 janvier dernier, au soir d'une grande marche citoyenne en hommage aux victimes, Dieudonné avait écrit qu'il se sentait "Charlie Coulibaly", détournant le slogan "Je suis Charlie" en référence à l'un des trois auteurs des attaques, Amedy Coulibaly, qui a tué une policière et quatre juifs. Ses propos avaient ensuite été retirés de sa page Facebook. Dans son jugement, le tribunal a estimé que par cet "amalgame provocateur", Dieudonné "s'identifiait" à Amedy Coulibaly, contribuant ainsi à "banaliser" ses actes. Cette "provocation" pourrait "relever de la satire (...) si elle n'avait pris une ampleur particulière au regard du contexte", ajoute-t-il. "Le sentiment d'hostilité à l'égard de la communauté juive que Dieudonné entretient auprès d'un public attiré par sa personnalité accroît sa responsabilité." "RECHERCHE DE PAIX" Devant le tribunal correctionnel de Paris, le 4 février dernier, Dieudonné avait déclaré condamner "sans aucune retenue" les attaques des 7, 8 et 9 janvier. ID:nL6N0VE3SY Il avait expliqué s'être senti exclu de la marche parisienne et traité "comme un terroriste" par les autorités, affirmant ne pas avoir voulu choquer les familles des victimes, et regrettant que ses propos aient été "détournés." Interrogé sur la raison pour laquelle il avait associé "Charlie" à "Coulibaly", et non "Kouachi", du nom des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo, Dieudonné avait expliqué avoir choisi Coulibaly car celui-ci a tué une policière d'origine martiniquaise "qui ressemble trait pour trait à (sa) fille." Des arguments qui n'ont pas convaincu le tribunal, qui évoque mercredi des "explications successives confuses". Dieudonné à été condamné à sept reprises pour injure ou provocation antisémite. Célèbre pour sa "quenelle", qu'il présente comme un geste "antisystème", Dieudonné connaîtra jeudi le sort que lui réserve le tribunal correctionnel de Paris dans un autre dossier. Il est poursuivi pour provocation à la haine raciale et injure après des propos tenus à l'égard du journaliste de France Inter Patrick Cohen et dans son spectacle "Le Mur", interdit dans plusieurs villes de France début 2014. ID:nL6N0V74U2 La justice a interdit le 4 mars dernier la commercialisation du DVD de ce spectacle. ID:nL5N0W54UZ Mais Dieudonné a fait appel, a-t-on appris auprès de son avocat, selon qui l'interdiction est de ce fait suspendue. (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3064430 le mercredi 18 mar 2015 à 16:45

    C'est tout ?

  • raich2 le mercredi 18 mar 2015 à 15:49

    Respectons ce jugement.

  • M3182284 le mercredi 18 mar 2015 à 15:47

    le frère de sang de coulibaly aurait-eu la tête coupée si nous étions un des sauvages qu'il défend.