Diesel: «Porter un masque ne sert à rien»

le
0
INTERVIEW Le Pr Denis Charpin, chef du service de pneumologie au CHU de Marseille, détaille les risques sanitaires liés aux particules fines de moteurs diesel et les mesures pour s'en protéger.

LE FIGARO - La décision du Circ de classer les particules fines issues des moteurs diesels comme carcinogènes certains est-elle surprenante à vos yeux?

Pr Denis CHARPIN. - Non, d'autant que ces particules étaient déjà classées carcinogènes probables. Pour soutenir cette décision, les experts s'appuient sur des travaux expérimentaux et des études épidémiologiques chez les personnes exposées dans le cadre du travail. Par ailleurs, depuis très longtemps, le suivi de la population générale montre un excès de cancer du poumon en ville par rapport à la campagne, ou en centre-ville par rapport à la périphérie. Mais ces résultats sont difficiles à interpréter en raison des nombreux cofacteurs dont il faudrait tenir compte: le tabagisme, l'exposition professionnelle, l'alimentation...

Quelles pathologies leur sont attribuées?

On cite souvent le cancer du poumon, mais la palette des troubles est beaucoup plus large. Côté pathologies pulmonaires, il y a aussi la

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant