Diego le Blanc

le
0

À part le ballon, l'autre grand amour de Diego Maradona était blanc et en poudre. Son addiction à la cocaïne l'a accompagné durant presque toute sa carrière et même après, entre tests antidopage truqués, amis infréquentables, et rechutes permanentes.

Assis sur une chaise de bureau au milieu d'un garage sordide, avec un short en jean, un T-shirt noir sans forme et ses cheveux bouclés un peu sales en bataille, Diego Maradona s'anime, parle vite et fort, en agitant les mains dans tous les sens. Avec ses boucles d'oreille en diamant et sa croix en argent au bout de sa chaîne, on pourrait croire la scène tout droit sortie du film Snatch. Mais El Pibe de Oro est en interview avec Emir Kusturica pour présenter le documentaire que lui a consacré le réalisateur serbe. " Emir ! ", interpelle Maradona, avant de poser en espagnol le genre de question qui ne sert à rien, si ce n'est à alimenter la machine à fantasmes et à regrets : " Sais-tu quel joueur j'aurais pu devenir si je n'avais pas pris de cocaïne ? " Marado' marque une pause, opine du chef, puis met ses mains en prière pour conclure sur un terrible : " Quel joueur nous avons perdu ! J'ai un goût amer en bouche, parce que j'aurais pu être bien plus grand. Je vous assure ! " Mais une question en appelle une autre : sans cet éternel compagnon qu'a été la cocaïne, Maradona aurait-il été Maradona ? Son arrestation en mars 1991, menotté en chemise à motifs, écrasé par la meute des journalistes, sa tête de dément un peu suspecte après son but face à la Grèce au Mondial 1994, ses contrôles positifs, l'arrêt cardiaque qui a failli le tuer en 2004... La légende de Diego s'écrit aussi ici. Dans des traînées de poudre, des soirées auxquelles ne devrait pas participer un sportif de haut niveau, et une folie permanente qui fait que Maradona n'est pas qu'un simple génie du football, mais une icône populaire qui a explosé les cadres du sport.

Chacun sa mafia


Quel joueur aurait été Maradona sans la cocaïne ? Même avec, le garçon s'en est plutôt bien tiré. Et si c'est lors de son passage un peu chaotique à Barcelone que Maradona a croisé la route de la blanche pour la première fois, c'est à Naples que l'histoire d'amour battra son plein. Ville folle, explosive comme le Vésuve qu'elle borde, bouillonnante et hyper attachante, Naples était faite pour accueillir le génie fantasque de Maradona. L'Argentin y est tout simplement devenu

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant