Diego Costa ou la beauté du diable

le
0

Est-ce un sacrilège de faire l'éloge de Diego Costa ? Cet homme est peut-être le méchant le plus réussi depuis le serpent. C'est à lui qu'on doit le piment et l'aigreur. C'est à lui qu'on doit la révolte de Paris. La fonction de Diego Costa est exactement celle de son double, le diable.

Combien d'heures devront encore passer avant qu'on oublie enfin son visage ? Quand chacun en aura conté déjà plusieurs fois le goût aigre de ces interminables minutes à guetter la récompense de notre tempérance et notre obstination, que restera-t-il de ce match dans notre mémoire, quel est celui qui survivra à l'oubli ? On avait aimé les trente premières minutes à en mourir, c'est certain, on avait deviné un Pastore virevoltant dans les milieux adverses prenant à la gorge le dragon anglais et le poignardant, centimètre par centimètre, jusqu'à bientôt le rendre à ses 10 000 ans de disgrâce. Le talent et la beauté nous débarrasseraient enfin des ombres et des malédictions. Enfin allait-on assister au triomphe européen qu'on attendait depuis deux saisons, celui qui prouverait enfin au monde que Paris était bien la ville de l'avant-garde et de la contestation. Matuidi, Verratti et Motta, plantés en cerbères intraitables du jeu parisien, veillaient sur le ballon et nos destinées fragiles. Ils allaient voir, les Anglais, ce que jouer avec le feu veut dire. Notre Dragon presque terrassé, nous tenions enfin notre épreuve initiatique.
Les ailes bleues
Mais l'expulsion d'Ibra est arrivée, et le panorama en fut bouleversé. C'est alors que l'Adversaire, celui qui ment, qui triche, qui sourit quand on l'accuse, celui qui ignore la honte et le déshonneur reprit des forces et se gonfla à nouveau de cet orgueil insupportable. Il avait le dos courbé, la lippe humide, les yeux noirs et la démarche d'un ange aux ailes bleues et rognées, comme dans le tarot de Marseille. Quand Diego Costa tombait au sol, il avait toujours le sourire satisfait qu'a Satan dans les sculptures médiévales, cette façon d'en savoir beaucoup plus sur l'âme humaine que n'importe quel philosophe aux mœurs irréprochables. Il a toujours envie de rire, le Malin, quand il nous regarde nous obstiner à nous refuser à lui, à ne jamais tomber dans ses pièges. Vers la soixante-douzième minute, quand il avait tendu évidemment trop fort la jambe et taclé - par derrière bien sûr - le capitaine irréprochable et impassible Thiago Silva, on ressentit tout ce que les prophètes avaient enduré avant de triompher du mal. L'arbitre de ce match lui tendit un carton jaune dérisoire, comme si avertir le Diable avait un sens, comme si le menacer d'exclusion suffisait à le soumettre. Diego détourna les yeux d'un sourire narquois. Même l'arbitre avait...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant