Didier Deschamps a vu (et aimé) le Payet de West Ham

le , mis à jour à 23:56
0

Interrogé longuement sur Canal Plus Sport après la victoire des Bleus face aux Pays-Bas à Amsterdam (3-2), Didier Deschamps s'est félicité de l'animation offensive de l'équipe. Le sélectionneur des Bleus a tout particulièrement apprécié le match de Dimitri Payet.

Didier Deschamps, en l’absence de Karim Benzema, l’animation offensive vous a-t-elle plu ?
Oui, celle de la première mi-temps. Il y a eu beaucoup de bonnes choses. Avec évidemment, Olivier Giroud, qui a été très bon dans le jeu de conservation en appui, et aussi beaucoup de complémentarité avec Antoine Griezmann et Dimitri (Payet), qui ont pas mal permuté. Mais il y a eu une très bonne relation technique, sans oublier le milieu de terrain, mais les trois de devant se sont très bien trouvés, avec davantage Dimitri à la passe et Olivier en appui et en finition, et Antoine qui a alterné en étant proche d’Olivier et en nous donnant aussi la profondeur. Donc, oui, ça a été très intéressant, et ça nous a permis de marquer deux buts. Mais il y a eu des situations et une occasion qui aurait pu mieux se finir. Il y a eu une bonne entente entre les trois.

Sentez-vous une progression dans le jeu et ce que vous proposez, et est-ce que cela vous rend optimiste ?
Il y a eu une longue pause. Contre l’Allemagne, dans des conditions normales, on avait fait aussi de très bonnes choses. Il y a de la qualité, l’expression collective est vraiment intéressante. Parce qu’au-delà de ce que l’on est capable de faire en créant du jeu, du mouvement et de la vitesse, collectivement, sur ces 45 premières minutes, les Pays-Bas n’ont pas eu une occasion. Il y a aussi les joueurs offensifs qui ont fait le premier travail défensif. Ils se sont bien partagés la largeur du terrain, donc, oui, il y a beaucoup de satisfaction par rapport à ce que l’on a été capable de proposer.

Dimitri Payet a-t-il fait ce soir un match à la hauteur de ce qu’il montre en club, c'est-à-dire ce qui lui manquait jusque là ?
Il a été très bon, certainement à l’image de ce qu’il fait en club, c’est vrai. Ce qu’on le voit faire à l’entraînement depuis le début du stage. Il est en pleine bourre, en pleine confiance dans ses enchaînements. Techniquement, il a toujours eu les deux pieds, mais il est affuté physiquement aussi. C’est très bien pour lui. Il est dans la continuité, il fait une saison pleine. Tant mieux pour lui et pour l’équipe de France qu’il ait pu faire une aussi belle prestation ce soir.

Deschamps : « Dimitri a tout à gagner »

Avez-vous prévenu Dimitri Payet qu’il allait pouvoir reporter ses vacances, ou est-ce encore un peu tôt pour le dire ?
Non, non. Avec Dimitri, on se connaît. Après, on a l’impression qu’il a raté dix matchs. Il était blessé en novembre, donc je ne l’ai pas pris en septembre et octobre. Il n’a raté que quatre matchs, mais entre ce qu’il faisait en septembre-octobre et ce qu’il a continué à faire cet hiver et en début d’année, cela me semble logique. Le plus important, c’est qu’il ne joue pas ce match en se disant qu’il a tout à perdre. Non, il n’a pas tout à perdre, il a tout à gagner. Qu’il soit lui-même. Il commence à avoir une certaine expérience, je suis content pour lui, et pour l’équipe, car il a eu une influence très importante sur ce match-là.

A quoi attribuez-vous le jeu moins fluide de votre équipe en seconde mi-temps ? Aux changements ? Aux changements tactiques des Néerlandais ?
Les deux. Ils sont repassés à quatre, moi, j’ai fait des changements, avec des joueurs de profil différent. Quand tu sors d’une bonne première mi-temps, tu as toujours un peu d’autosatisfaction, et tu rentres un peu timidement. Evidemment, les changements ne vont pas dans le sens de la continuité, mais je voulais les faire au bout de 45 minutes parce que l’on a un match dans quatre jours. Antoine (Griezmann) a beaucoup joué cette année, Anthony (Martial) aussi. Evidemment, en faisant entrer Anthony, Dimitri (Payet) est passé du côté droit, qui n’est pas son meilleur côté, même s’il a la liberté de dézoner. Ce ne sont pas les mêmes profils, donc il faut forcément retrouver après un peu plus de liant et d’automatismes par rapport aux qualités des uns et des autres.

Sera-t-on très proche contre la Russie de l’équipe qui va débuter l’Euro ?
Tous les joueurs n’étaient pas disponibles aujourd’hui, mais l’équipe peut aussi être proche de celle de ce soir. Celle de mardi ne sera peut-être pas un copier-coller, parce que je ne vais pas mettre les onze mêmes au coup d’envoi, même si je veux quand même garder un noyau dur pour qu’il y ait un fil conducteur. Sur les double confrontations qu’on a eues jusqu’à maintenant, je mettais sur un match des joueurs qui avaient plus l’habitude de jouer ensemble et je faisais beaucoup de changements. Il y en aura aussi mardi. Je répartirai peut-être sur les deux mi-temps. C’est aussi la dernière occasion de pouvoir donner du temps de jeu à un certain nombre de joueurs, car on n’aura que deux matchs amicaux avant l’Euro. Et là, les deux équipes se rapprocheront ou seront peut-être identiques à celle qui débutera la compétition. Même si j’ai des options en début de match. J’ai aujourd’hui à disposition dans le domaine offensif des joueurs très intéressants, qui peuvent à tout moment nous permettre de changer notre organisation.

Source : Canal Plus Sport

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant