Diarra, Silva : O Monstros !

le
0
Diarra, Silva : O Monstros !
Diarra, Silva : O Monstros !

Comme à l'aller, l'OM a pu compter sur un énorme Diarra pour inquiéter le PSG. Sauf que les Marseillais sont tombés sur un Thiago Silva monstrueux, qui mérite plus que jamais son beau surnom.

Olympique de Marseille


Mandanda (5) : Il a prouvé une chose. C'est que quand il ne sort pas quinze arrêts dans le match, Marseille perd. Condamné à l'exploit à perpétuité.

Dja Djedje (4) : La mobylette n'est pas passée au contrôle technique. Fautif sur les deux buts, la cylindrée a eu du mal au démarrage sur le premier, et les freins ont lâché sur la deuxième.

Nkoulou (6) : Sérieusement, quand est-ce qu'il va passer un cap ? Ça fait huit ans que c'est un très bon défenseur de Ligue 1, propre dans la relance. Devient un vrai leader, Nico. Il est temps.

Rolando (6) : Cette frappe de Lucas, il y a quelques semaines, il l'aurait sans doute détournée dans ses propres filets. Par contre, on attend encore ce but sur corner pour tout lui pardonner définitivement.

Manquillo (5) : Javier, c'est le petit gros introverti en CM1 qui ne veut pas faire de vagues. On évite les mauvaises notes pour ne pas énerver les parents, on évite les trop bonnes pour ne pas énerver les copains. Alors on reste sagement dans la moyenne. Costaud défensivement, Manquillo a montré son potentiel offensif mais ne l'a pas suffisamment exploité.

Isla (6) : Un intérimaire. Pendant la période de flottement traversée par Lass, il a été exceptionnel à la récupération. Quand l'international français a repris son rang, Maurice est tranquillement retourné à sa place.

Diarra (7) : Lass nous a fait peur avec toutes ses transversales manquées et ses duels perdus face à Matuidi lors des quinze premières minutes. Puis il a très rapidement remis les pendules à l'heure et s'est imposé comme le meilleur milieu sur le terrain. En vain, comme souvent. Remplacé par Sarr qui a eu le mérite de réussir le premier bon centre marseillais à la 88e minute.

Barrada (3) : Il a réussi à être mauvais de deux manières différentes. En première mi-temps, il a choisi de tout manquer, même les choses les plus simples. En seconde, il a décidé de se cacher et de ne plus rien proposer. Au moins, il n'a pas loupé de pénalty. Remplacé par Alessandrini, bien plus incisif.

Cabella (8 puis 5) : Grâce à son but sublime et à une hyperactivité efficace pendant vingt minutes, Remi "je ne connais pas le…

















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant