Diamant Bleu Gestion ajoute une cinquième facette à son offre

le
0
(NEWSManagers.com) - Ancien président de BNP Gestions et de La Française des Placements, Arnaud Clément-Grandcourt a rejoint Diamant Bleu Gestion (184 millions d'euros d'encours actuellement) pour y gérer selon ses principes le dernier-né de la gamme, la sicav actions internationales " contrarian" Diamant Bleu LFP Croissance et Résilience (les quatre autres produits sont des FCP). Le fonds a été créé le 22 novembre 2010 et a commencé d'opérer le 6 décembre. Il doit compter environ une trentaine de lignes, et son benchmark est un hybride 60 % Eurostoxx 50 dividendes réinvestis/40 % Eonia capitalisé.
Lors d'une présentation à Paris le 9 décembre, Christian Jimenez, co-fondateur et président de Diamant Bleu Gestion, a expliqué que le nouveau fonds a obtenu d'entrée 11,33 millions d'euros d'un petit cercle d'institutionnels et de particuliers. Il devrait se situer à 15 millions d'euros d'encours fin décembre et 30 millions fin janvier, compte tenu des engagements pris par des investisseurs déjà convaincus.
L'OPCVM Croissance et Résilience est conçu pour traverser des périodes difficiles avec des risques croissants (monétaire, géopolitiques, climatiques, etc) qui peuvent se cumuler ou se succéder. Les méthodes de gestion traditionnelles n'étant pas appropriées, Arnaud Clément-Grandcourt souligne qu'il serait peu judicieux, face à une telle situation, " d'être tout le temps défensif, parce qu'il y a souvent des rebonds à ne pas manquer, même s'ils ne sont pas durables" .
C'est pourquoi le nouveau fonds comporte " deux poches, qui reflètent deux processus, la philosophie commune étant le contrôle des risques" poursuit le gérant. " Il ne faut pas confondre défensif et résilient, capable de rebondir. Autrement dit, il n'y a pas que des actions de croissance dans la poche croissance et pas seulement des actions de rendement dans la poche résilience. En fait, au rang des premières, on trouve des valeurs qui doivent surperformer quand les marchés sont haussiers et qui doivent moins perdre, donc gagner, lorsqu'ils sont baissiers" .
Dès lors, Arnaud Clément-Grandcourt opère une gestion contrarian de long terme, sans stop-loss. Il utilise pour cela dix scenarios principaux de risques déclinés en vingt sous-scenarios. Les sept thèmes " séculaires" identifiés comme associant croissance et résilience sont l'énergie, les matières premières rares, les matières premières agricoles, la santé, l'eau le climat et les infrastructures. " Souvent ce seront des sociétés du Nord exposées aux émergents, surtout asiatiques" , note le gérant, tandis que Christian Jimenez insiste pour sa part sur le parti-pris de liquidité des titres.
La formule s'appuie sur une grande souplesse d'allocation entre les poches croissance et résilience. Le fonds doit ou peut être investi entre 60 % et 100 % en actions. Et il peut, le cas échéant, être à 100 % en actions résilientes, tandis que le gérant évitera de dépasser les 50 % pour le portefeuille croissance. " Nous recherchons la dissymétrie des risques, sachant que les risques de baisse doivent être inférieurs aux risques positifs" , poursuit Arnaud Clément-Grandcourt, qui insiste sur son tropisme pour les indicateurs avancés et coïncidents, notamment en matière de liquidité, pour se protéger. Le fonds est géré dans une optique de moyen terme, en long-only, sans effet de levier et sans dérivés.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant