Dialogue social : «La loi n'est pas bonne», critique Philippe Martinez (CGT)

le
3
Dialogue social : «La loi n'est pas bonne», critique Philippe Martinez (CGT)
Dialogue social : «La loi n'est pas bonne», critique Philippe Martinez (CGT)

« On avait négocié pendant trois ans avec madame Parisot, on n'allait pas parvenir à un accord en quatre mois ». Ce mercredi matin, Jean-Claude Mailly semble un brin désabusé. Le projet de loi sur le dialogue social, que le ministre du Travail François Rebsamen présente ce matin en conseil des ministres, faute d'un accord trouvé entre partenaires sociaux, ne convient pas au secrétaire général de Force ouvrière.

« On a tendance à compliquer régulièrement le code du travail, même à la demande du patronat », résume Mailly sur France 2 pour s'agacer de l'esprit du texte. « On déréglemente le travail et l'entreprise depuis des années, on a toujours un fort taux de chômage et une croissance faible », veut-il rappeler.

Le patron de FO attend notamment des garanties sur la pérennité des CHSCT, appelés à fusionner avec les autres instances représentatives dans une « délégation unique du personnel » ou DUP au sein des entreprises de 50 à 299 salariés. Ces comités d'hygiène et de sécurité veillent à la sécurité et aux bonnes conditions de travail des équipes. Le CHSCT, « c'est un peu la bête noire des patrons, plus que le comité d'entreprise ou les délégués du personnel», relève-t-il.

« La loi n'est pas bonne », critique à son tour Philippe Martinez. «Le parlement va légiférer une loi qui prévoit déjà des dérogations pour ne pas appliquer la loi», dénonce-t-il. Or, «la loi doit être le socle minimum pour tous les citoyens», rappelle-t-il. Le seul point qui convienne au secrétaire général de la CGT, interrogé par Europe 1, c'est « que des représentants des salariés puissent intervenir sur des accords dans les petites entreprises » même si « le dispositif – cinq heures par mois- est un peu léger », notamment du fait des temps de déplacement dans une même région.

Pour François Bayrou, cette loi a été « survendue ». « On se retrouve devant un texte qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mercredi 22 avr 2015 à 10:21

    Mais la vie dans les châteaux de la CGT pas si désagréable, ça n'est pas pour les syndiqués mais pour les délégués syndicaux et leurs copains et coquins . Faut pas mélanger les torchons et les serviettes

  • M8252219 le mercredi 22 avr 2015 à 10:10

    Tant que les privilégiés ÉLUS,DÉLÉGUÉS SYNDICAUX,SALARIÉS À STATUTS ET RÉGIMES SPÉCIAUX, HAUTS FONCTIONNAIRES ET FONCTIONNAIRES, videront les caisses de l'état et du privé aucune amélioration de l'économie française n'est possible; le chômage et le déficit publique resteront endémiques.

  • ssanguin le mercredi 22 avr 2015 à 10:04

    dupont ou dupond ?