Dialogue social : Gattaz veut reprendre les négociations

le
0
Dialogue social : Gattaz veut reprendre les négociations
Dialogue social : Gattaz veut reprendre les négociations

Au lendemain de l'échec des négociations visant à réformer le dialogue social, le président du Medef veut «reprendre les discussions» avec les syndicats, afin d'influencer la décision du gouvernement, qui a repris la main sur ce dossier. Dans un interview au Figaro, Pierre Gattaz propose ainsi «aux partenaires sociaux» de se «retrouver dans quelques semaines pour reparler du sujet» afin d'«aboutir, si cela est possible, à une feuille de route commune». «Un tel document aurait une force politique, le gouvernement ne pourrait pas l'ignorer», poursuit le patron du Medef.

Après quatre mois de discussions,  et au terme d'une séance-maraton de deux jours et une nuit, c'est pourtant l'organisation patronale qui a jeté l'éponge jeudi, en ne fournissant pas un nouveau projet aux syndicats sur ce sujet difficile, visant à simplifier et moderniser les relations employeurs-salariés.

Les négociations ne peuvent pas reprendre, au sens strict

Suite à cet échec, il n'est pas possible de reprendre des négociations, au sens strict. Le gouvernement, qui entendait légiférer accord ou pas, a annoncé qu'il prendrait ses responsabilités et déciderait donc de la réforme.  La reprise en main du dossier sera pilotée par Matignon et à partir de la semaine prochaine, des échanges préparatoires seront conduits par le ministre du Travail François Rebsamen, qui recevra chaque organisation. Si le gouvernement travaillera «sur la base» de la feuille de route envoyée en juillet aux partenaires sociaux en amont de la négociation, et sur les discussions de ces dernières semaines, le Premier ministre a d'ores et déjà prévenu que le gouvernement agirait «sans être lié par l'état du projet qui n'a pu aboutir».

Malgré tout, Pierre Gattaz, qui estime que «90% à 95% du texte étaient acquis», ne l'entend pas de cette oreille. «Nous devons prendre notre destin en main plutôt que de nous voir imposer des décisions de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant