Dialogue de sourds aux États-Unis  sur la dette

le
0
Barack Obama fixe un ultimatum au Congrès, mais les positions restent très éloignées sur la façon dont les États-Unis pourront éviter le défaut de paiement le 2 août prochain.

L'absence de consensus à Washington sur les moyens d'éviter un défaut de paiement du Trésor américain début août était vendredi encore criante. «Nous sommes clairement en train d'épuiser le temps qui nous reste. J'ai donc demandé aux membres du Congrès de me donner, d'ici 24 à 36 heures, une indication du plan qui permettra de relever le plafond de la dette», a déclaré Barack Obama. Le président américain s'est redit prêt à accepter des ajustements dans les programmes sociaux, ce que nombre d'élus de son propre camp refusent cependant. Mais il demande parallèlement aux républicains de céder sur les hausses d'impôts ou, à tout le moins, sur l'élimination de niches fiscales : «Les électeurs républicains sont prêts à (en) accepter», a-t-il souligné, invoquant de récents sondages.

«Nous ne sommes pas la Grèce ou le Portugal. Nous n'avons pas besoin de faire des choses radicales», a estimé Barack Obama. La situation des États-Unis est en effet très

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant