Diaby/Ben Arfa : les dessous d'une embrouille devenue classique

le
0
Diaby/Ben Arfa : les dessous d'une embrouille devenue classique
Diaby/Ben Arfa : les dessous d'une embrouille devenue classique

L'un est le fer de lance des Aiglons, l'autre tente de se refaire une santé à Marseille. Ce soir, si les chemins d'Hatem Ben Arfa et Abou Diaby ne se croiseront sans doute pas sur la pelouse du Vélodrome, les deux hommes auront tout à loisir de se rappeler de leur passé commun à l'INF. Un passé marqué par les rires, les déceptions, les victoires, mais aussi une altercation, devenue mythique, entre les stars de la promotion. Retour sur l'embrouille de cour d'école la plus célèbre du football français.

Dans un couloir d'hôtel de Lloret del Mar, un "fils de pute" résonne. L'insulte, généralement réservée à une bagarre de fin de soirée dans cette ville de la Costa Brava connue pour accueillir des étudiants en mal de fêtes et d'alcool à moindre coût, est ce jour-là prononcée par un petit homme au duvet apparent. La langue bien pendue, Hatem Ben Arfa, 15 ans, déclenche ainsi le courroux d'un gamin lui rendant trois têtes et dont les yeux témoignent d'une envie certaine de massacrer l'insolent : oui, Abou Diaby en veut à Hatem. Filmés par les caméras de Bruno Sevaistre, Hatem et Abou offrent alors l'une des scènes les plus mythiques du reportage À la Clairefontaine. Entre insultes, colère froide et larmes, Hatem Ben Arfa et Abou Diaby s'écharpent, sans savoir que cette altercation se retrouvera en bonne place des moteurs de recherche Youtube étant données leurs renommées respectives. Une embrouille comme le centre en a pourtant connu par dizaines, mais qui fait surtout écho à 3 ans de vie commune entre des adolescents promis au succès.

Ben Arfa, l'insolent


À l'arrivée en Espagne, rien ne laisse présager une telle scène. Embarqués dans un tournoi international, les troisièmes années de l'INF Clairefontaine débarquent en Catalogne sourire aux lèvres et avec l'envie de bien représenter la fine fleur de la formation à la française. M. Dussaut est du voyage, et les gamins tout heureux de partager ce moment d'évasion. Jusqu'au drame. Après deux matchs bien négociés, l'escapade offre ce moment de tension. À l'origine, une simple histoire de clé, comme tente de s'en souvenir Ricardo Faty : "Ils se taquinent par rapport à l'histoire de la carte. La carte elle marchait pas, l'autre il était censé avoir la carte, mais en fait, c'est l'autre qui devait l'avoir, enfin un truc dans le genre " Problème, les mots dépassent le non-événement. Le signe d'une inimitié entre Abou et Hatem ? Faty poursuit : "Ils s'entendaient très bien ! La preuve, ils partageaient la même chambre lors du voyage. " Malgré les bonnes relations entre les deux camarades de promo, l'affaire s'envenime. La chambre du duo affichant porte close, c'est justement dans celle réservée à Faty que les débats se poursuivent. Les insultes fusent, tandis que Gregory Tomas, Adrien Mazuel et Garra Dembelé tentent de faire opposition de leurs corps. Hatem, lui, est bien décidé à enfiler ses crampons pour…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant