Di Tommaso, l'homme au cœur tendre

le
0
Di Tommaso, l'homme au cœur tendre
Di Tommaso, l'homme au cœur tendre

Le 6 octobre 1979, la clinique d'Echirolles voyait la naissance d'un futur espoir du football français, David di Tommaso. Il n'est pourtant plus là aujourd'hui pour souffler ses 36 bougies. La raison ? Un décès brutal, il y a bientôt 10 ans.

Avant de s'endormir, on peut écouter de la musique ou lire un livre. Sinon, on peut penser à ce que l'on a fait dans la journée, ou ce que l'on fera demain. Mais parfois, et même souvent, on ne pense à rien, parce que l'on est épuisé, ou parce que l'on est en pleine digestion après un bon repas. C'est le cas de David di Tommaso, en ce 28 novembre 2005, dans la périphérie d'Utrecht, aux Pays-Bas. Ancien coéquipier du joueur au CS Sedan-Ardennes, Patrick Regnault raconte la dernière soirée de son ami de l'époque. "La veille, il était parti manger au restaurant avec son épouse dans le centre-ville d'Utrecht. En revenant chez lui, il avait eu une conversation avec Ludo Asuar par les réseaux sociaux : "Putain, je me suis cassé le ventre ce soir !" Il lui a dit qu'il partait se coucher ensuite. Au petit matin, il s'est levé du lit, puis il est tombé." Prise dans le feu de l'action, sa femme appelle au plus vite les voisins présents pour appeler les secours. Hélas, la faucheuse fera son travail habituel devant David pour l'emmener avec elle, à seulement 26 ans. Deux jours plus tard, l'autopsie pratiquée par les médecins est claire : Di Tommaso a succombé à un arrêt cardio-circulatoire. Dans son communiqué, le FC Utrecht lui rend un premier hommage : "Nos premières pensées vont vers sa famille, sa femme et sa fille. Il parlait presque parfaitement le néerlandais après un an et demi parmi nous, et c'était un exemple de professionnalisme pour tous nos jeunes. Nous perdons plus qu'un joueur de football." Parce qu'avant tout, "DiTo" était un homme heureux dans la vie.

La fierté d'Échirolles


Si l'ancien international Espoirs s'est fait connaître sous les couleurs de l'AS Monaco ou Sedan dans l'Hexagone, son histoire avec le football débute au sein du club de son père, le FC Échirolles. Au sein du deuxième club de la région iséroise derrière le GF38, le paternel Pascal, ouvrier pendant la semaine, passe une partie du week-end sur les rectangles verts. "Je l'ai connu depuis tout petit, parce que je suis très ami avec son papa, explique Pierre Dupupet, actuel entraîneur de l'équipe senior d'Échirolles, en division d'Honneur. Quand je jouais avec son père dans l'équipe première, il était toujours avec son petit frère Yohan, mais il ne regardait pas le match. Il préférait jouer à côté, et il revenait toujours à la maison plein de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant