Di Rupo, un premier ministre belge atypique

le
0
Premier francophone et premier socialiste à diriger le pays depuis plus de trois décennies, l'homme au nœud papillon est également l'un des rares chefs de gouvernement européens ouvertement homosexuels.

Son éternel nœud papillon semble vouloir afficher la couleur : Elio Di Rupo est atypique. «C'est peut-être le reflet de ma personnalité, être sérieux sans se prendre au sérieux», s'en est-il amusé dans la presse belge. Mais au-delà de son style, c'est aussi son parcours qui détonne dans la classe politique et en fait un premier ministre pas comme les autres.

Fils de paysans immigrés d'Italie, Elio Di Rupo est né en 1951 à Molanwelz, dans le sud wallon de la Belgique. La mort de son père, lorsqu'il n'a qu'un an, oblige la mère d'Elio à placer à l'assistance publique trois de ses six frères et sœurs. Son enfance de «Petit chose», comme l'a surnommé la presse belge, ne l'empêche pas d'effectuer de brillantes études, dont il sort docteur en chimie. Dès 17 ans, il se lance dans la vie politique au sein du parti socialiste, omniprésent en Wallonie.

Élu député puis sénateur, il prend la tête du PS belge en 1999. À ce poste, il pèse durant dix ans sur la format

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant