Di Nallo : " Je n'oublierai jamais le stade de Gerland "

le
0
Di Nallo : " Je n'oublierai jamais le stade de Gerland "
Di Nallo : " Je n'oublierai jamais le stade de Gerland "

Alors que l'Olympique lyonnais s'apprête à disputer son dernier derby à Gerland, Fleury Di Nallo a accepté de partager ses souvenirs du stade dans lequel il a construit sa légende. Si Gerland disparaît, l'attaquant restera à jamais son petit prince.

Quels souvenirs gardez-vous du quartier de Gerland ? Vous y avez grandi et y avez vécu pendant votre carrière. Quand j'étais jeune, ma famille et moi habitions à 200 mètres du stade. J'allais à l'école avenue Jean Jaurès, à deux pas du stade également. J'ai passé ma vie dans ce quartier. J'allais voir l'OL quand j'avais dix ans avec les copains. Et je me suis toujours dit : "Un jour, c'est moi qui jouerai là." Depuis tout gamin, c'était mon rêve. Avec les copains, on habitait dans des HLM et on se retrouvait pour jouer dans la cour et on allait voir les matchs ensuite. Quand on était gamins, la mairie avait installé un petit coin avec des babyfoots, des tables de ping-pong, tout ça. Quand je me suis marié, j'ai quitté le domicile familial et j'ai pris un appartement à Gerland, avenue Jean Jaurès. Aujourd'hui, je n'y vis plus, mais j'ai voulu garder un pied-à-terre là-bas, alors j'ai acheté un studio.
Jusqu'à ce que vous vous retrouviez vous-même joueur de cette équipe que vous alliez voir jouer... Oui. Je me souviens très bien de mon premier match avec Lyon. C'était à Reims (le 21 août 1960, ndlr). À l'époque, Reims, c'était la grande équipe française. J'ai joué contre mon idole de jeunesse, Roger Piantoni. C'est inoubliable. À l'époque, on n'avait pas de télévision, mais j'arrivais à suivre ses exploits. J'aimais beaucoup ce joueur. C'était la grande équipe... Ils étaient champions, ils jouaient contre le Real...
Cette saison 1960-1961, c'était votre première. Ça devait être quelque chose de fouler la pelouse de Gerland pour la première fois, non ? Alors, il se trouve que cette pelouse, je l'avais déjà foulée avant d'être professionnel. J'avais joué une année en CFA, puis il y avait eu les matchs de la coupe Gambardella. J'étais jeune. Mais en professionnel, oui, j'avais joué ce premier match en août et j'étais revenu sur les pelouses pour les huit derniers matchs. Et c'est à partir de là que j'ai su que ma carrière était lancée dans ce stade.
Un stade bien différent de celui d'aujourd'hui... Ah ça oui ! Il y avait encore les grands virages en demi-cercle, et puis cette piste cyclable autour du terrain. Chaque année, le Tour de France passait par Lyon, et l'étape se…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant