Di María, qué pasa ?

le
0
Di María, qué pasa ?
Di María, qué pasa ?

Débarqué en grande pompe à Manchester United l'été dernier, Ángel Di María avait suscité les attentes les plus folles. Prometteur à ses débuts, le joueur argentin s'est progressivement éteint au fil des mois, à tel point désormais que certains s'interrogent sur son avenir sous le maillot des Red Devils. Alors, la faute à qui ? À lui, c'est certain. Mais pas que.

Ce n'est pas le poids de l'institution. Ni ce fameux et iconique numéro 7 réservé à ces hommes destinés à briller dans l'écrin d'Old Trafford. Non, à regarder Ángel Di María, le mal semble bien plus profond. Le visage contrarié, les traits tirés, le sourire absent, l'Argentin erre plus qu'il ne joue sur les terrains de Premier League depuis plusieurs mois. Les étincelles initiales ont disparu pour laisser dominer une histoire aux contours moins alléchants et où l'incertitude est désormais le maître-mot. Il y a deux semaines, lors de la réception de Sunderland à Old Trafford, le joueur de Manchester United a subi l'affront d'être remplacé à la pause après quarante-cinq premières minutes insipides. Puis a essuyé dans la foulée un sévère coup de semonce de la part de son manager, Louis van Gaal : "Quand un joueur n'est pas dans son match, je me dois de le remplacer. Je suis le manageur et je ne peux pas nier ce que je vois. Je sais que Di María est très créatif, ça se voit dans ses statistiques. Il a besoin de liberté, je lui en donne, mais c'est à lui aussi de faire les choses en se servant de son cerveau. Et ce n'est pas valable que pour lui, mais pour tous les joueurs".

Mercredi, rebelote. L'ex-Madrilène est resté jusqu'à l'heure de jeu sur le terrain de St James' Park contre Newcastle, avant de céder une nouvelle fois sa place à Adnan Januzaj. Moins fringant, moins inspiré, il vit le douloureux apprentissage de l'adaptation au championnat anglais. Et prend de plein fouet le montant de son mirifique transfert l'été dernier – quelques 80 millions d'euros - qui fait de lui la recrue la plus onéreuse de l'histoire outre-Manche. Mais aussi, pour le moment, un échec manifeste.
Débuts endiablés et cœur avec les doigts
Manchester, 28 août 2014. Ce jour-là, lorsque Louis van Gaal arrive en conférence de presse, c'est avec un cadeau sous le bras qu'il prend place. Manchester United n'a toujours pas remporté un match et reste sur une humiliation en League Cup après une déroute sur la pelouse de Milton Keynes (4-0). L'été a pourtant été basé sur le signe de la révolution avec un recrutement massif (Ander Herrera, Luke Shaw, Rojo, Falcao...). À ses côtés, Di Maria sert son plus beau sourire et ses phrases toutes faites : "Je suis ravi de jouer pour Manchester United. Je veux aider l'équipe à retrouver la Ligue des champions. Je suis là pour aider le club à progresser dans...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant