Dexia, première urgence bancaire pour François Hollande

le
5
Dexia, première urgence bancaire pour François Hollande
Dexia, première urgence bancaire pour François Hollande

par Julien Ponthus et Philip Blenkinsop

PARIS/BRUXELLES (Reuters) - En pertes au premier trimestre, la banque franco-belge Dexia s'est imposée mercredi comme le premier dossier financier sensible auquel doit s'attaquer François Hollande avant même d'avoir endossé officiellement ses habits de président.

Selon les informations du journal Le Monde, le directeur de campagne du vainqueur de dimanche, Pierre Moscovici, a rencontré mardi l'actuel secrétaire général de l'Elysée, Xavier Musca, pour discuter de la situation de l'établissement financier en cours de démantèlement.

Le gouvernement belge n'a pas attendu la passation de pouvoir à Paris pour réclamer le contrôle opérationnel de l'établissement bancaire et demander une réduction de sa participation de 60% aux 90 milliards d'euros de garanties d'Etat accordés à Dexia.

Un alourdissement de la facture française pourrait s'avérer particulièrement périlleux à concilier avec une équation budgétaire déjà difficile à tenir pour le futur gouvernement de François Hollande.

Gouvernance contestée, pertes récurrentes, probable recapitalisation, la situation de l'ancien leader mondial du financement des collectivités locales a continué de se détériorer après l'annonce de son deuxième plan de sauvetage à l'automne dernier.

Ce démantèlement qui se veut "contrôlé", n'a toujours pas été approuvé par la Commission européenne.

Les négociations avec les équipes du commissaire européen à la concurrence, Joaquin Almunia, s'avèrent cruciales car Dexia n'a pas les capitaux nécessaires pour payer des taux d'intérêt élevés en échange des garanties d'Etat.

Luc Coene, le gouverneur de la Banque centrale de Belgique, a déjà indiqué que Dexia aura vraisemblablement besoin d'être recapitalisée.

Cette crise intervient alors que le gouvernement français doit aussi gérer une "panne" du financement des collectivités locales et des services publics locaux.

En effet, la nouvelle banque des collectivités locales censée être créée par la Caisse des dépôts (CDC) et la Banque postale pour prendre le relais de Dexia Crédit Local n'est toujours pas opérationnelle.

Ce schéma avait pourtant été entériné l'an dernier avec la décision de démanteler Dexia, qui a aussi conduit les autorités belges à nationaliser les activités de banque de détail en Belgique.

DANS LE ROUGE AU PREMIER TRIMESTRE

Dexia réunit ce mercredi son assemblée générale à Bruxelles et devrait nommer dans la journée Karel De Boeck, ancien directeur général du groupe financier Fortis, comme administrateur.

Le gouvernement belge a indiqué officiellement mardi qu'il souhaitait voir Karel De Boeck devenir directeur général de la banque à la place du Français Pierre Mariani mais les autorités françaises n'ont pour le moment donné aucune position officielle sur ce dossier.

Dexia a annoncé mercredi une perte nette de 431 millions d'euros pour les trois premiers mois de l'année, imputable à des "éléments non récurrents", essentiellement le coût des garanties publiques couvrant ses financements et des dépréciations.

La banque a précisé que les garanties des Etats français, belge et luxembourgeois représentaient un coût trimestriel de 128 millions d'euros.

Elle a également inscrit dans ses comptes une dépréciation de 145 millions d'euros sur sa participation dans Kommunalkredit Austria et un "ajustement" de 102 millions d'euros lié à la cession de Dexia Municipal Agency.

La banque a subi une perte nette de 11,6 milliards d'euros en 2011.

Bien que fortement réduit, la taille du bilan de Dexia est considérée par certains analystes comme systémique car un défaut de paiement de la banque aurait des conséquences incalculables sur l'ensemble du système financier européen.

En Bourse, l'action Dexia cédait 5,26% (0,01 cent) à 0,18 euro vers 15h40, ce qui représente une capitalisation boursière de 350 millions d'euros, moins d'un millième de son bilan, qui avoisine actuellement 400 milliards d'euros.

Avec Matthieu Protard, Jean-Baptiste Vey et Elizabeth Pineau, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8637171 le mercredi 9 mai 2012 à 16:55

    Il n'y a plus d'argent dans les caisses des collectivités gérées par les bonimenteurs de gauche. je crois qu'on a plus les moyens de soutenir la Grèce. C'est évident! les fonctionnaires grecs ne seront plus payés. C'est normal!

  • M8637171 le mercredi 9 mai 2012 à 16:51

    Pour ma part, j'appelle de mes voeux à une cohabitation au pouvoir des partis démocratiques. Ils doivent laisser tomber les mensonges. Il faut immédiatement diminuer de 30% les élus à assemblée nationales et au sénat. par exemple en mettant à la retraite tous les plus de 67 ans.

  • M8637171 le mercredi 9 mai 2012 à 16:48

    Bon on voit que la banque qui prête aux collectivités locales est en faillite et bientôt les collectivités locales qui vivent à crédit et notamment en Corrèze vont faire Faillites.Hollande, au fait, tu comptes toujours relance la croissance à crédit????

  • M1765517 le mercredi 9 mai 2012 à 16:23

    Faire comme chez michelin, le pdg est responsable sur ses biens persos.

  • marshaka le mercredi 9 mai 2012 à 16:10

    Evidement les anciens responsables de Dexia ne sont responsables de rien...