Dexia : le débat enfle sur les conséquences d'un soutien

le
0
Le socialiste Laurent Fabius craint que la dette française pâtisse du secours à la banque franco-belge. Le gouverneur de la Banque de France et le ministre de l'Economie assurent que la note AAA n'est pas menacée.

Faut-il sauver les banques en difficulté? Alors que le ministre de l'économie François Baroin a annoncé ce matin sur RTL, qu'une issue devrait être trouvée d'ici à demain à la chute de Dexia, le débat enfle sur les conséquences d'un tel sauvetage sur les finances publiques françaises. C'est l'ancien premier ministre socialiste Laurent Fabius qui a le premier déclaré ce mercredi matin les hostilités, en estimant sur Europe 1 que la France jouerait sa note souveraine «AAA» en cas de soutien à la banque franco-belge en difficulté.

Pas d'alourdissement de la dette publique

Hier soir, au terme d'une journée rythmée par les mesures envisageables pour secourir la banque, les gouvernements français et belge avaient réaffirmé que comme en 2008, ils ne laisseraient pas couler l'établissement. Ce matin, les contours de l'aide apportée à la banque se dessinent plus précisément, prenant la forme d'un démantèlement. Une structure de défaisance («bad bank») accueillera

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant