Dexia cède Denizbank à la banque russe Sberbank

le
0
Dexia cède Denizbank à la banque russe Sberbank
Dexia cède Denizbank à la banque russe Sberbank

ISTANBUL/MOSCOU (Reuters) - Le démantèlement de Dexia a franchi une étape supplémentaire vendredi avec la signature définitive de la vente de sa filiale turque Denizbank au groupe russe Sberbank pour 2,8 milliards d'euros.

Sberbank et Dexia étaient entrés en négociations exclusives il y a deux semaines après le rejet par la banque franco-belge de l'offre de Qatar National Bank, jugée trop faible.

La transaction devrait être finalisée au dernier trimestre de cette année et son montant définitif sera ajusté par rapport à l'évolution des taux de change, précise le groupe turc dans un document déposé auprès des autorités boursières.

Ce prix définitif devrait atteindre 7,09 milliards de livres turques, soit 3,09 milliards d'euros.

"Pour Dexia, cet accord représente une avancée déterminante dans la mise en oeuvre des décisions notifiées par les Etats à la Commission européenne pour une résolution ordonnée du groupe Dexia", a déclaré dans un communiqué l'administrateur délégué de Dexia, Pierre Mariani.

Dexia, qui a dû céder de nombreux actifs en contrepartie de son renflouement par les Etats français et belge, doit encore trouver un repreneur pour sa filiale de gestion d'actifs Dexia AM.

Pierre Mariani a précisé que la cession de Denizbank se traduisait à ce stade par une moins-value de 700 millions d'euros.

De son côté, Sberbank, la première banque russe, contrôlée par l'Etat, réalise avec Denizbank sa plus grosse acquisition et va pouvoir étendre sa présence en Europe. Le groupe avait déjà racheté en février dernier VBI, la division en Europe de l'Est de la banque autrichienne Volksbanken, pour 505 millions d'euros.

Sberbank ne prévoit pas de nouvelles acquisitions après le rachat de Denizbank, a indiqué vendredi son directeur général, German Gref, ajoutant que son groupe allait consacrer les prochaines années à l'intégration de ses nouvelles activités.

La Belgique, qui a nationalisé les activités de banque de détail de Dexia sur son sol et a apporté d'importantes garanties financières au groupe, souhaitait vendre Denizbank pour 3,2 milliards d'euros, soit 1,5 fois la valeur comptable de la banque.

Des sources proches des négociations avaient auparavant indiqué que Sberbank offrait entre 2,6 milliards et 3 milliards d'euros.

En février, Sberbank avait réussi à faire baisser le prix de rachat de VBI de 80 millions d'euros par rapport au prix initial de 585 millions d'euros. Une source avait indiqué jeudi à Reuters que la banque russe allait essayer d'abaisser le prix dans le même ordre de grandeur pour Denizbank.

Ayla Jean Yackley et Katya Golubkova; Blandine Hénault et Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant