Dexia AM table sur une hausse des taux allemands

le
1
DEXIA AM PRÉVOIT UNE HAUSSE DU RENDEMENT À 10 ANS DES BUNDS ALLEMANDS
DEXIA AM PRÉVOIT UNE HAUSSE DU RENDEMENT À 10 ANS DES BUNDS ALLEMANDS

par Raoul Sachs

PARIS (Reuters) - La crise de la dette dans la zone euro a montré qu'un émetteur souverain n'était plus à l'abri d'un défaut et que les emprunts d'Etat, y compris les Bunds allemands ou les Treasuries américains, ne constituaient plus des actifs sans risque, estime Dexia Asset Management.

Lors d'un entretien accordé vendredi à Reuters, Nicolas Forest, responsable de la stratégie taux chez Dexia AM, a expliqué que si le positionnement sur des valeurs refuges traditionnelles, comme les obligations d'Etat américaines, japonaises ou allemandes, relevait jusqu'à présent d'une stratégie payante, il posait de sérieux risques à plus long terme.

C'est pourquoi, il propose une stratégie alternative avec des portefeuilles décorrélés des indices obligataires de référence (benchmarks) qui font la part belle aux titres des pays les plus endettés.

Dans l'indice JPM GBI Global, les Etats-Unis et le Japon comptent pour plus de 60% en raison de la taille de leurs encours, le Royaume Uni pour 7%, la France et l'Allemagne pour 6% chacune.

"Le Japon et les Etats-Unis sont confrontés à une dette colossale, représentant plus de 200% et de 100% de leur produit intérieur brut (respectivement)", a dit Nicolas Forest.

"Si l'Allemagne est mieux lotie en termes de ratio dette/PIB ou de déficit/PIB, elle n'est pas immunisée contre la crise de la dette", a-t-il ajouté en précisant qu'il s'attendait à une remontée du rendement à 10 ans allemand, au-dessus de 2% contre 1,6% vendredi en fin d'après-midi.

Comme une très large majorité d'acteurs du marché, Nicolas Forest se félicite des décisions de la Banque centrale européenne (BCE) de racheter sans limite les obligations d'un pays de la zone euro qui souffrirait de taux d'intérêt anormalement élevés, à condition qu'il obtienne formellement l'aide du Mécanisme européen de stabilité (MES).

GESTION DÉCORRÉLÉE DES INDICES

Ainsi, la BCE deviendrait prêteur en dernier ressort, via des rachats sur le marché secondaire de titres de pays en difficulté de maturité courte (un à trois ans) tandis que le MES, via le marché primaire, soutiendrait la partie longue de la courbe des taux.

Le risque de défaut, comme l'a montré la Grèce, n'étant plus impossible, l'Allemagne, principale actionnaire de la BCE et premier contributeur au dispositif de solidarité au sein de la zone, se trouve ainsi exposée à plus long terme.

L'Allemagne devra en outre supporter des charges financières de plus en plus lourdes liées au vieillissement de sa population, a poursuivi le gérant.

"A court terme, la BCE a écarté le stress financier mais à plus long terme la crise de la zone euro n'est pas achevée", a estimé Nicolas Forest.

Il propose une stratégie obligataire fondée essentiellement sur la sécurité et la recherche de qualité, les pays émetteurs étant choisis selon un certain nombre de filtres : un PIB minimum de 50 milliards d'euros, la qualité de la gouvernance (régime démocratique, socialement responsable), la capacité à rembourser la dette, la soutenabilité de la dette, la balance courante et le potentiel d'appréciation de la devise.

Le ratio moyen solde public/PIB des pays choisis par Dexia AM ressort à +1,8% contre -5,4% en moyenne pour les composants de l'indice JPM GBI Global.

La moyenne pondérée du ratio dette brute/PIB des pays choisis est inférieure à 50% contre 141% pour l'indice JPM GBI Global.

Selon ces critères, sont exclus du portefeuille le Japon, les Etats-Unis, la France, l'Italie, le Royaume Uni. En font partie 13 pays, dont l'Allemagne (8%), la Norvège (11%), les Pays-Bas (7%%), le Luxembourg (8%), le Qatar (5%) ou la Corée du Sud (8%).

Raoul Sachs, édité par Matthias Blamont

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2949628 le samedi 22 sept 2012 à 15:44

    Et bien, avec une stratégie comme cela, ils ne vont pas faire beaucoup d'argent chez Dexia AM...Il vaut mieux qu'ils n'en parlent pas à leurs clients.

Partenaires Taux