Dexia AM invite à la prudence sur l'obligataire

le
0
(NEWSManagers.com) - Sur le front obligataire, les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Après une très bonne année écoulée, 2013 pourrait être l'année de la prudence, estime Dexia Asset Management. Les obligations resteront une classe d'actifs intéressante mais il ne faut pas compter avec les performances exceptionnelles enregistrées l'an dernier, a souligné à l'occasion d'un point de presse Nicolas Forest, responsable de la stratégie taux et devises de Dexia Asset Management.

A côté des risques liés à la mise en oeuvre du dispositif de rachat de dette de maturité courte (OMT), la zone euro pourrait demeurer en récession en 2013 et la résurgence du risque politique italien et budgétaire espagnol pourraient attiser la nervosité des marchés.

" De tels risques nous incitent aujourd'hui à rester prudents et si nous pouvons conseiller des achats de dettes périphériques, cela ne peut être que sous certaines conditions" , avertit Nicolas Forest qui suggère l'achat de dettes espagnoles émises avant 2013, de maturité proche des trois ans, après activation de l'OMT. Les pays coeur de la zone euro semblent moins intéressants, avec la probabilité d'un rebond progressif des taux allemands en réponse à l'accroissement du bilan de la BCE.

" Face à la cherté de nombreuses obligations, l'investisseur devra faire preuve d'ingéniosité pour améliorer ses perspectives de rendement" , souligne Nicolas Forest qui recommande une diversification des portefeuilles via la dette norvégienne exprimée en devise locale. Dexia AM suggère également les bons d'Etat canadiens de maturité courte qui affichent un différentiel de rendement de 0,70% contre les bons américains. Et last but not least, les obligations émergentes.

Du côté du crédit, 2013 devrait également rester favorable au marché du crédit mais dans un environnement de taux bas, une croissance atone et un coussin de prime de risque limité, " l'année à venir sera plutôt une année de portage sur le crédit investment grade" , estime Isabelle Rome, responsable de la stratégie crédit chez Dexia AM.

Il faut aussi s'attendre à une certaine volatilité car " nous entrons dans une phase de transition avec une détérioration progressive des fondamentaux" , souligne Isabelle Rome qui évoque la détérioration de la qualité de crédit, suite aux importantes levées de capitaux et à la faiblesse des revenus réalisés en Europe. " Le taux d'endettement remonte et les profits vont baisser. Ce n'est pas une catastrophe mais les spreads ne tiennent pas assez compte de cette évolution. Des mauvaises surprises sont à attendre. Il est utopique de tabler sur une progression des bénéfices de 10%" , explique Isabelle Rome.

A côté du crédit investment grade en euro, Dexia AM préconise le crédit investment grade libellé en dollar offrant un rendement plus attractif pour une qualité de crédit moyenne supérieure, le segment haut rendement noté BB en dollar, étant donné le niveau contenu du risque de défaillance et les dettes émergentes, bénéficiant d'un environnement porteur et affichant des fondamentaux sains.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant