Devoirs à la maison : toute la famille s'y colle

le
2
Devoirs à la maison : toute la famille s'y colle
Devoirs à la maison : toute la famille s'y colle

Le cahier de textes est ouvert tous les soirs ou presque à la page du lendemain sur la toile cirée de la cuisine... Et la bande-son est assez classique. Il y a les parents patients : « Attends, je vais essayer de te réexpliquer. » Les largués : « Mais j'en sais rien, c'est vieux pour moi les divisions euclidiennes ! » Et ceux qui sortent de leurs gonds : « T'es bouché ou quoi ? »

Les devoirs écrits à la maison, quasi généralisés bien qu'officiellement bannis du primaire, sont une véritable « affaire de famille » en France. Si l'on en croit une édifiante étude OpinionWay pour l'association ZupdeCo qui milite pour la fin des devoirs à la maison (lire ci-dessous), 97 % des parents constatent que leurs enfants rentrent de classe lestés d'exercices à faire, dont plus de la moitié « chaque jour »... Et 58 % de ces mêmes parents retroussent leurs manches pour les épauler, le plus souvent entre un quart d'heure et une demi-heure chaque soir.

Source de stress et de disputes

Et pourtant, tous les enseignants qui ont un jour tenté de gommer les devoirs le savent bien : l'ambivalence parentale est totale sur le sujet. La FCPE, première association de parents d'élèves, en a fait les frais, qui prêche régulièrement en faveur de leur réelle suppression en primaire, contre l'avis (silencieux mais sans appel) d'une majorité de ses adhérents. Car les familles sont très attachées à cette classe après la classe, grignoteuse de temps et pourvoyeuse de frictions. Seulement moins de 2 parents sur 10 estiment que les devoirs à la maison ne sont pas importants dans le cadre de l'acquisition des connaissances. Et il y en a même 30 % pour s'inquiéter quand l'enfant rentre avec le cartable trop léger. D'ailleurs, parmi la minorité qui assume de ne pas y mettre son nez, tous ne sont pas forcément confiants dans la capacité de leur progéniture à se débrouiller seule : 18 % délèguent (grands-parents, baby-sitter...) et 11 % avouent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 le mardi 30 sept 2014 à 09:52

    Les enfants, pour la bouches enlevez le s

  • M1903733 le mardi 30 sept 2014 à 09:50

    Toute la famille s'y colle, de la bouche de certains enfants c'est absolument faux. Ben papa et maman ne veulent pas nous aider à faire nos devoirs, c'est plus souvent ça la vérité et comme on dit la vérité sort de la bouches des enfants.