Devises: peu de tendance à une semaine du FOMC.

le
0

(CercleFinance.com) - Calme plat pour la monnaie unique européenne ce midi contre ses grandes contreparties, à commencer par le dollar américain (- 0,06% à 1,1227), le yen (- 0,08% à 114,42) ou le franc suisse (inchangé à 1,0920). Le prochain comité de politique monétaire de la Fed (le fameux FOMC) se réunira dans une semaine, et son issue suscite autant de spéculations que d'attentisme.

Même si l'euro prend 0,44% contre le sterling à 0,8465.

Du côté des indicateurs, le sentiment économique de la communauté financière allemande marque le pas en septembre, en ressortant selon l'institut ZEW qui le calcule à 0,5 point, comme le mois précédent. Or le consensus l'attendait à 2,5 points ! 'L'ambiguïté actuelle des impulsions économiques en Allemagne et de l'étranger signifie que les prévisions pour les tous prochains mois sont difficiles', a commenté Achim Wambach, président du ZEW.

Mais après que la BCE ait campé sur ses positions la semaine passée, son président Mario Draghi signalant que l'institution n'avait même pas évoqué la prolongation du programme de rachats d'actifs obligataires au-delà de la fin du mois mars 2017, les cambistes s'interrogent maintenant sur la Fed. En effet, le prochain comité de politique monétaire de la banque centrale américaine se réunira les 20 et 231 septembre prochains et sera suivi d'une conférence de presse animée par Janet Yellen, sa présidente.

'La question d'une possible hausse de taux par la Fed lors de sa prochaine réunion va continuer de dominer et tout élément allant dans ce sens pourrait déstabiliser les marchés', confirme d'ailleurs Trustnet Direct. Et ce alors que les derniers indicateurs américains se sont souvent avérés décevants.

Chez CMC Markets France, on souligne les derniers propos des “officiels” de la Fed. Selon le patron de la Fed de Minneapolis, Neel Kashkari, “il ne semble pas qu'il y ait une forte urgence à faire quoi que ce soit, franchement”. Autre membre du FOMC, Lael Brainard a indiqué que “l'heure est à la prudence pour ce qui concerne le retrait du côté accommodant de la politique monétaire', confirmant ainsi son côté “colombe”.

Mais Dennis Lockhart, le président de la Fed d'Atlanta (qui toutefois ne vote pas cette fois au FOMC), a tenu des propos plus 'faucon'. E c'en est maintenant fini des déclarations des officiels de la Fed en raison de la période de “silence” que doivent observer ses membres à une semaine du début de la réunion.

Et Aurel BGC d'en déduire qu'“après ces différentes interventions de banquiers centraux depuis la fin du mois d'août, les débats s'annoncent vifs lors de la réunion du FOMC la semaine prochaine. L'élaboration d'un consensus au sein du FOMC sur le niveau des taux directeurs en fin d'année est très incertaine”.

A plus court terme, estimaient ce matin les spécialistes, “la hausse des taux sera évoquée lors de la réunion (de la Fed) de la semaine prochaine par les membres les plus faucons, mais la probabilité d'un relèvement des Fed Funds est (très faible). En effet, dans ce cas, la Fed se contredirait elle-même. Rappelons qu'elle a fait de sa dépendance aux données économiques récentes une règle. Or les derniers chiffres publiés, les ISM par exemple, étaient clairement sous les attentes”, estiment les spécialistes parisiens.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux