Devises: le Brexit plombe la livre et pèse sur l'euro.

le
0

(CercleFinance.com) - Sur des marchés des changes où les mouvements quotidiens sont par nature limités, cette séance du 24 juin peut déjà être considérée comme historique. Prenant le contre-pied des attentes du marché, les Britanniques ont finalement voté, par référendum, la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. La devise britannique, la livre sterling, s'effondre littéralement, mais l'euro n'est pas épargné quand les valeurs refuges, yen et dollar, sont recherchées.

Selon la BBC, le vote 'leave', celui du “Brexit” et de la sortie de l'UE, l'a emporté outre-Manche avec 17,4 millions de voix ou 51,9% du total, contre 16,1 millions et 48,1% pour le “Bremain”.

'Cette décision réduit les perspectives de croissance pour le Royaume-Uni et l'Europe, et s'associe à un accroissement de l'incertitude politique et à des menaces de conditions financières plus restrictives', commentent ce matin les analystes de Goldman Sachs.

“La conséquence est une volatilité extrême dans les marchés financiers à court terme”, commente l'économiste en chef de Mirabaud AM, Gero Jung, qui se veut cependant modéré : “à moyen terme, les conséquences pour l'économie britannique seront désavantageuses, sans être catastrophiques. Nous estimons que la croissance britannique va diminuer de 0,5 point de pourcentage pendant les huit trimestres à venir, l'investissement étant la composante du PIB qui sera affecté le plus. Cet impact est non négligeable mais selon nous, l'économie du Royaume-Uni va éviter une récession durable”.

En attendant, le sterling voit rouge : la devise du Royaume-Uni décroche ce midi de 11,1% contre le yen nippon, un record, de 8% contre le dollar américain, de 7% contre le yuan chinois, la roupie indienne et le réal brésilien, et de 6% face à l'euro.

Quid de la monnaie unique européenne ? Certes, elle prend - logiquement - environ 6% contre le sterling à 0,8045 livre l'euro. Mais les liens politiques entre l'Europe et le Royaume-Uni pèsent également sur la devise de l'union monétaire : l'euro perd de ce fait 6,6% face au yen à 113,66, plus de 3% face au dollar à 1,1072, et 1,8% face au franc suisse, à 1,0860.

Notons que les banques centrales sont au rendez-vous. “Haruhiko Kuroda, gouverneur de la Banque du Japon, a déclaré que l'établissement était prêt à fournir des liquidités en quantité suffisante pour assurer la stabilité des marchés, y compris en employant des accords de swap passés avec d'autres banques centrales”, soulignent les analystes d'Aurel BGC.

Idem pour Mark Carney, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, qui annoncé la mise à disposition en urgence de 250 milliards de sterlings de liquidités supplémentaires. 'La Banque d'Angleterre est également prête à fournir, si nécessaire, des liquidités substantielles en devises étrangères', ajoute M. Carney.

La BCE, elle, déclare 'suivre de près la situation des marchés financiers'. Elle aussi se tient prête à fournir des liquidités additionnelles 'si nécessaire', en euro et en devises étrangères.

Se déclarant en contact avec les banques qu'elle supervise, la BCE 'considère que le système bancaire de la zone euro est résilient, tant en termes de capitaux que de liquidité'.

Dans ce contexte, l'actualité statistique de la séance passe largement au second plan.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux