Devises: l'éventualité d'un 'tapering' de la BCE s'étiole.

le
0

(CercleFinance.com) - Mardi midi sur le marché des changes, la monnaie unique européenne testait toujours la barre symbolique des 1,10 dollar alors que la BCE réunira, jeudi, son comité de politique monétaire. Selon nombre de spécialistes, le “tapering” ne semble plus à l'ordre du jour, bien au contraire. Pour l'heure, l'euro grappillait 0,15% à 1,1014 dollar, un point bas (à 1,0999) sous le seuil des 1,10 dollar ayant été atteint pour la 4e séance d'affilée.

Par ailleurs, l'euro prend 0,25% à 114,50 yens l'euro, 0,13% à 1,0889, mais cède 0,45% à 0,8986 livre.

C'est en effet jeudi que se réunira, à Francfort, le comité des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), qui sera suivi à 14 heures 30 par la traditionnelle conférence de presse animée par son président, Mario Draghi.

Voilà quelques semaines, des informations de presse prêtaient à la BCE l'intention de réduire, à plus ou moins court terme, son programme actuel de rachat d'actif obligataires (le fameux QE) mené au rythme de 80 milliards d'euros mensuels. Le terme indicatif dudit programme, selon la BCE elle même et sous réserve de changement d'avis, est pour l'heure fixé à fin mars 2017.

Mais ce sujet ne semble plus désormais à l'ordre du jour : “la réunion de la BCE devrait aboutir au statu quo mais elle devrait permettre de préparer le terrain à une action prochaine, potentiellement en décembre, via une extension du programme de rachats d'actifs. Un prochain tapering est complètement hors de question”, affirme Saxo Banque.

Chez Oddo & Cie, on estime aussi que l'extension du QE est une hypothèse plus probable que le “tapering” (expression anglaise désignant la réduction de voilure des programmes monétaires non conventionnels comme le QE) : “l'inflation reste le problème central pour la BCE. Elle n'est pas assez élevée pour envisager de normaliser la politique monétaire mais elle n'est pas non plus assez basse pour justifier un grand assouplissement additionnel. La voie médiane est que la BCE prolonge sa politique actuelle, dans l'attente d'un redressement futur de l'inflation dont elle s'attribuera le mérite”, indique une note de recherche publiée ce matin.

Seule donnée parue ce matin en Europe, l'inflation au Royaume Uni a accéléré à +1% en rythme annuel le mois dernier, contre +0,6% en août, et a ainsi retrouvé un niveau plus revu depuis novembre 2014.

Quis de l'agenda statistique américain de l'après-midi ? L'indice des prix à la consommation sera aussi au rendez-vous. 'Une augmentation de l'inflation semble aujourd'hui acquise, notamment après le rebond des cours du pétrole et des prix du gaz, qui semblent avoir dépassé leur point bas', pointe à ce sujet Aurel BGC. Le consensus table sur une hausse de 0,3% en septembre (+1,5% en rythme annuel).

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux