Devises: l'euro teste les 1,07 dollar.

le
0

(CercleFinance.com) - La valeur de la monnaie unique européenne continuait de s'éroder face au billet vert américain, toujours dopé par les spéculations sur la relance budgétaire que le président Trump pourrait mettre en place l'année prochaine. A cette l'euro recule encore de 0,2% contre le dollar à 1,0697 dollar, son plus bas niveau depuis le début du mois de décembre 2015.

Rappelons que le sommet annuel de l'euro/dollar, qui remonte au 3 mai, se situe à 1,1616 dollar, et que le niveau actuel constitue donc le point bas de l'année 2016.

Certes, on ne sait rien encore des mesures que prendra l'administration Trump une fois installée, au début de l'année prochaine. Mais “à ce stade, les marchés continuent de parier sur la mise en place début 2017 d'un programme expurgé des mesures les plus radicales mais susceptible de doper la croissance et l'inflation, sans garantie aucune de réalisation pour l'instant”, commentent ce matin les spécialistes d'Aurel BGC.

Ce qui suffit aux marchés : alors que les bénéfices par action du S&P 500 sont repartis en légère hausse du 3e trimestre 2016, les analystes ne peuvent que saluer la promesse de baisser l'impôt fédéral sur les sociétés du taux (avant déduction) de 35% à 15%. Idem pour les baisses d'impôts promises aux ménages et les grands travaux, qui pourraient doper une croissance jusqu'alors sans grand relief malgré le quasi-retour au plein emploi : en septembre, la Fed prévoyait, en 2017 et 2018, une hausse du PIB bien modeste de 2%.

Enfin, du côté de la Réserve fédérale américaine, “la hausse des taux reste toujours clairement d'actualité en décembre”, commentent ce matin les analystes de Saxo Banque. Membre du “board” de la Fed, Daniel Tarullo a fait des déclarations en ce sens. D'ailleurs, l'indicateur FedWatch du CME attribue maintenant une probabilité implicite de 90,6% à un “tour de vis” sur les taux courts lors du FOMC du 14 décembre prochain.

A l'inverse, les perspectives macro-économiques de la zone euro paraissent nettement plus ternes, malgré la baisse des prix du pétrole et la politique expansionniste de la BCE. Ce qui ne peut jouer qu'en défaveur de l'euro contre le dollar.

L'euro reste par ailleurs neutre contre le sterling et le franc suisse, et prend 0,46% contre le yen à 117,42.

Cet après-midi aux Etats-Unis, les cambistes guetteront notamment les prix producteurs et la production industrielle (pour laquelle une légère hausse de 0,2% est attendue en consensus) pour le mois d'octobre.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux