Devises: l'euro sous les 1,10 dollar, Mario Draghi attendu.

le
0

(CercleFinance.com) - Mercredi midi sur le marché des changes, la monnaie unique européenne corrigeait contre la plupart de ses grandes contreparties alors que la BCE pourrait annoncer, demain, de nouvelles mesures d'assouplissement. Ce qui pèserait mécaniquement sur la valeur relative de la devise dont la banque centrale à la charge. A cette heure, l'euro perd ainsi 0,65% contre le yen, à 123,21, 0,50% face au sterling britannique à 0,7708, et 0,42% face au billet vert américain, à 1,0961 dollar. Rare exception : la monnaie unique européenne prend 0,28% face au franc suisse, à 1,0990.

Dans l'ensemble, et après les annonces préalables de Mario Draghi selon lesquelles la BCE “réévaluerait” sa politique monétaire à l'occasion du conseil des gouverneurs qui se tiendra demain, jeudi 10 mars, les analystes semblent plutôt confiants.

A en croire Edmond de Rothschild Asset Management (AM), l'établissement émetteur de la zone euro 'pourrait faire preuve d'imagination' en raison de la faiblesse persistante des anticipations d'inflation découlant notamment du faible niveau du pétrole. Ce qui pourrait donner lieu à l'annonce de 'nouvelles mesures', comme la 'baisse massive des taux directeurs', ou bien des 'mesures de soutien ciblées sur les banques pour éviter qu'une nouvelle diminution des taux ne vienne menacer davantage les perspectives de rentabilité du secteur.'

Ainsi sans doute qu'une extension du programme actuel de rachat d'actifs obligataires, qu'il s'agisse de son échéance, de son montant mensuel (60 milliards d'euros) ou de l'univers d'investissement visé, voire de plusieurs de ces leviers en même temps.

'La mise en oeuvre d'une politique monétaire toujours plus accommodante maintiendra les taux à des niveaux bas sur le Vieux Continent, limitant ainsi le risque d'écartement des 'spreads' (écarts de taux) sur la dette souveraine périphérique', estime Edmond de Rothschild AM.

Notons par ailleurs que Mark Carney, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, a mis en garde contre les conséquences d'un éventuel 'Brexit' devant le parlement britannique. Selon les analystes de FXCM, le banquier central redoute 'un climat d'incertitude pourrait s'installer et déstabiliser l'investissement et la consommation”.

Selon M. Carney, “un Brexit pourrait affaiblir la compétitivité du pays, et fortement déprécier la livre sterling. Enfin, malgré les critiques de certains députés eurosceptiques, Mark Carney déclare tout de même que la Banque d'Angleterre ne se positionnerait pas, laissant les britanniques face à leur responsabilité le 23 juin prochain, date du référendum. ”

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux