Devises: l'euro se rapproche des 1,11 dollar.

le
0

(CercleFinance.com) - Difficile de déterminer clairement les conséquences du changement de terminologie de la Fed, qui par certains aspects semble plus “faucon” qu'auparavant. Quoi qu'il en soit, l'euro gagne encore 0,32% contre la devise américaine à 1,1090 dollar, soit près d'un centime de mieux que 24 heures plus tôt. La monnaie unique européenne gagne aussi 0,63% contre le sterling, à 0,8423, tout en restant neutre contre le franc suisse et en se tassant de 0,22% contre le yen, à 116,14.

Que retenir du communiqué publié hier soir par la Fed à l'issue de son premier comité de politique monétaire depuis le vote du “Brexit” par les Britanniques, le 23 juin dernier ?

Comme c'était largement attendu, la banque centrale américaine n'a pas relevé son principal taux directeur, maintenu à 0,25-0,50%, niveau où il est situé depuis décembre 2015. Elle a cependant amendé son discours en estimant, à la suite de bons rapports pour l'emploi notamment, que les menaces pesant sur les perspectives macro-économiques des Etats-Unis étaient moins présentes.

Selon les économistes de la banque canadienne, cela ne fait aucun doute : “le communiqué du FOMC (le comité de politique monétaire de la Fed, ndlr) a un ton moins accommodant qu'en juin. La Fed n'a même pas mentionné les résultats du référendum au Royaume-Uni et a plutôt clairement affirmé qu'elle pense que les risques à court terme pour les perspectives économiques ont diminué (...). Cela ouvre un peu plus la porte à un resserrement de la politique monétaire au cours des prochains mois. Les faucons semblent donner de plus en plus de la voix”.

Or ces derniers temps, les analystes n'attendaient dans l'ensemble pas de durcissement des taux avant, au mieux, le printemps 2017. Pris à contre-pied, ce consensus accommodant risque donc d'appréhender le prochain FOMC, attendu les 20 et 21 septembre prochain. A la différence de celui de la veille, cette réunion sera suivie d'une conférence de presse animée par la présidente de l'institution, Janet Yellen.

Auparavant, les cambistes guetteront aussi ce qui se dire lors du ”symposium” annuels de banquiers centraux qui se tiendra à Jackson Hole à la fin du mois.

Chez Aurel BGC, on estime cependant que la Fed s'est contentée du 'service minimum', tout en relevant l'ajout de la phrase sur la diminution des risques conjoncturels à brève échéance.

Un ton plus 'faucon' ? Pas si sûr : 'les marchés actions, changes ou même les taux n'ont quasiment pas réagi à cette publication. Pour une bonne raison : il est difficile de porter une conclusion sur le timing de la prochaine hausse des taux directeurs', estiment les spécialistes. Surtout tant que l'inflation ne se décidera pas à remonter - ce que le récent reflux du cours du brut rend moins probable.

'Les membres du FOMC sont donc volontairement restés très flou sur le timing de la prochaine hausse des taux. Une hausse en septembre s'annonce difficile au regard de ce communiqué', affirme pour sa part Aurel BGC, qui penche plutôt pour décembre.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux