Devises: l'euro/dollar insensible aux minutes de la Fed.

le
0

(CercleFinance.com) - Jeudi midi sur le marché des changes, la monnaie unique européenne restait sans grande tendance face à la plupart de ses contreparties, exception faite de celle du Japon. Ainsi l'euro cédait-il symboliquement 0,18% à 1,1376 dollar et 0,07% à 1,0889 franc suisse, tout en prenant 0,16% contre le sterling à 0,8083. En revanche, la principale devise européenne reculait encore de 1,38% contre le yen à 123,33.

Principal événement monétaire de la veille au soir : la publication du compte-rendu (les fameuses 'minutes') du dernier comité de politique monétaire (le FOMC) de la Réserve fédérale américaine pour sa réunion des 15 et 16 mars.

“Sans surprise, les membres du FOMC sont partagés sur l'attitude à adopter”, commentent les spécialistes d'un bureau d'études parisien : “certains estiment qu'une hausse des taux pourrait se justifier en avril, mais d'autres privilégient la prudence et estiment que les freins à une croissance plus robuste pourraient ne se dissiper que lentement.”

Bref, il est peu probable aux yeux des investisseurs que la Fed poursuive, dès la réunion d'avril, le mouvement “graduel” de resserrement des taux directeurs engagé en décembre dernier. L'hypothèse serait un peu plus probable lors du FOMC des 14 et 15 juin, qui sera d'ailleurs suivi d'une conférence de presse animée par Janet Yellen, la présidente de l'institution.

Aurel BGC met cependant en garde : “l'idée d'une hausse des taux en avril, si elle reste minoritaire, n'est pas exclue. Il existe un vrai débat au sein du FOMC. Elément qui n'était pas perceptible dans les derniers discours de Mme Yellen”, très “colombes”, estiment les spécialistes. Bref, ces 'minutes' leur semblent d'une tonalité plus “faucon” que les interventions de la présidente de l'institution.

Une opinion que ne partagent pas du tout les cambistes de Société Générale, selon lesquels 'ces minutes ne nous ont pas appris grand-chose que nous ne sachions déjà'. 'Soyons francs : rien dans ces 'minutes' n'est susceptible d'aider le dollar. La seule question qui demeure porte sur le niveau à partir duquel la combinaison de statistiques économiques favorables et d'appétence pour le risque pourrait affecter la perception du risque sur les marchés', ajoutent-ils.

Même sentiment chez Nomura d'ailleurs, pour qui ces 'minutes' ne contenaient aucune surprise. L'économiste principal pour les Etats-Unis, Lewis Alexander, table toujours sur une nouvelle hausse des taux de la Fed en juin, avant une seconde en décembre.

Pa ailleurs, le yen est toujours soutenu par les propos au Wall Street Journal du Premier ministre nippon, Shinzo Abe, qui voilà deux jours, a déclaré qu'il fallait se garder d'interventions 'arbitraires' sur les marchés de devises 'et éviter définitivement toute dévaluation compétitive'.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux