Devises: 'Brexit' et 'Bremain' suscitent l'incertitude.

le
0

(CercleFinance.com) - Vendredi midi sur le marché des changes, la monnaie unique européenne s'orientait en légère hausse contre le dollar (+ 0,28% à 1,1258) et le yen (+ 0,23% à 117,39), sans variation notoire du côté du sterling ni du franc suisse. L'incertitude quant au résultat du référendum par lequel les Britanniques se prononceront, le jeudi 23 juin, pour ou contre le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne (UE) incite les cambistes à limiter les prises de risque.

Si plusieurs sondages d'opinion ont donné le “leave” (la sortie de l'UE) gagnant ces derniers temps, la cote des bookmakers, elle, plaide toujours pour le “Bremain” (le maintien). Ce qui reflète, d'une part, l'échec des sondeurs britanniques à prévoir le résultat du référendum écossais et d'autre part, les conséquences économiques très négatives qu'aurait un “Brexit” (une sortie de l'UE) pour l'économie d'outre-Manche.

Dans une présentation ce matin à Paris, la banque privée suisse Pictet & Cie estime qu'à court terme, la sortie du Royaume-Uni ramènerait la croissance de son PIB d'environ 2% l'an à 1,2%, et celle de la zone euro de 1,8 à 1,6%.

Mais le pire serait à venir : à moyen terme, les conséquences négatives pour le PIB britannique d'une sortie “à la suisse” (avec négociation d'accords commerciaux bilatéraux) seraient deux fois plus lourdes, avec baisse d'activité de 7,5 à 8%, que dans l'hypothèse “norvégienne” avec maintien dans l'EEE (- 3,5 à - 4%).

Dans tous les cas de figure, ajoute Pictet & Cie, les investisseurs n'ont pas intégré le pire des scénarios. En effet, le “cable” (la paire de devises livre/dollar) se traite 1,42 dollar par sterling à cette heure. Or le Brexit supposerait un retour à 1,20 dollar, estiment les spécialistes.

En attendant, le “Bremain” profite d'un argument ce matin : “les investisseurs semblent se dire que le Royaume-Uni pourrait finalement rester dans l'Union', commentait une courtier londonien. La mort tragique de Jo Cox, une 'MP' (parlementaire) travailliste partisane du “Bremain” assassinée hier, pourrait avoir une incidence sur l'issue du scrutin.

Cet après-midi des Etats-Unis, on attend les dernières statistiques relatives aux mises en chantier et aux permis de construire pour le mois de mai.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux