Devises: après la Fed, l'euro déborde 1,13 dollar.

le
0

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne continuait ce midi de s'apprécier sensiblement face au billet vert américain au lendemain d'une réunion de la Fed, qui n'a pas modifié ses taux directeurs. La banque centrale américaine semble de plus moins pressée de poursuivre le mouvement de durcissement entamé en décembre. Après une hausse de l'ordre de 1% hier soir, l'euro prend encore 0,91% à 1,1317 dollar.

En revanche, l'euro perd 0,44% face au yen, à 125,94, et prend 0,20% contre le sterling à 0,7887.

Que retenir de la conférence de presse que la patronne de la Fed, Janet Yellen, a animé hier soir aux Etats-Unis (après le statu quo de la banque centrale sur son principal taux directeur, qui reste donc à 0,25-0,50%) ? Une position jugée “accommodante” par la banque elle même, ce qui devrait permettre une “nouvelle amélioration du marché du travail et une retour de l”inflation vers 2%”.

Selon Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis AM, 'la Fed préfère agir plus tard que trop tôt'. Ce qui décale dans le temps les anticipations du marché. En effet, à en croire le consensus des investisseurs, “l'attente médiane pour 2016 était de 1,375% en décembre, mais elle n'est plus que de 0,875% en mars. De 4 hausses attendues via ce graphe on passe à 2 hausses', indique M. Waechter. Ce dernier donne ainsi lecture des “dot charts”, c'est-à-dire ces “nuages de points” publiés après le FOMC (le comité de politique monétaire de la Fed) et sur lesquels chaque membre 'note' anonymement sa position actuelle sur les taux et ses anticipations.

Chez Aurel BGC, on lit ainsi ces “dot charts” : “la prévision 'médiane' des membres du FOMC ne laisse plus attendre que 50 points de base de hausse de l'objectif de taux des Fed funds cette année, contre 100 points en décembre dernier.”

Notons aussi qu'à cette occasion, la Fed a abaissé sa prévision de croissance du PIB américain pour 2016 de 2,3-2,5% (projection de décembre dernier) à 2,1-2,3%, sans pour autant changer celle de taux de chômage (soit 4,6-4,8%).

Philippe Waechter va même plus loin encore : selon lui, “le graphe traduit simplement le fait que la Fed ne croit plus à un retour vers une configuration normale du cycle contrairement à ce qu'elle affirmait en décembre. C'est cela le point majeur. Le cycle n'a pas l'allure d'avant crise que certains avancent systématiquement. La Fed prend en compte cet élément.”

'Les participants du FOMC croient maintenant qu'un rythme plus lent de normalisation de la politique monétaire est nécessaire pour atteindre la prévision médiane de croissance du PIB américain', analysent de leur côté les spécialistes canadiens de la FBN, qui concluent : 'Tout bien compté, ce communiqué est relativement accommodant et corrobore notre opinion selon laquelle il y aura au plus deux hausses de taux d'intérêt cette année.' Chez Société Générale, on n'en attend qu'une.

Quelles conséquences pour l'euro/dollar ? Selon les analystes de FXCM, 'la dynamique du taux de change euro/dollar semble haussière à moyen terme en raison d'un changement de paradigme récent régissant la paire de devises, ce qui laisse entrevoir un retour du cross euro/dollar sur le niveau des 1,15 dollar à moyen terme.”

Du côté des statistiques européennes de la matinée, on a appris ce matin qu'en données mensuelles, l'inflation de la zone euro a augmenté en février de 0,2% par rapport à janvier, ce qui est légèrement supérieur aux attentes du consensus (+ 0,1%).

En janvier, l'excédent commercial de 6,2 milliards d'euros, contre + 7,1 milliards en janvier 2015 et + 24,3 milliards en décembre.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux