Devialet Phantom, paradis sonique

le
0
Devialet Phantom, paradis sonique
Devialet Phantom, paradis sonique

Lentement, mais sûrement, depuis 2007, une start-up française est partie à la conquête du son parfait... Le fabricant de hi-fi Devialet avance ses pions, l'un après l'autre : un trio complémentaire (designer, ingénieur, financier), soixante-dix-sept brevets déposés, un premier ampli de luxe, le D-Premier, à 12 000 euros pièce, mais au son dont la perfection a laissé muet les audiophiles les plus acérés... Avec un tel parcours sans fautes, rare pour une entreprise française, Devialet a posé les jalons d'un succès planétaire : proposer peu à peu ses technologies hi-fi de l'ère digitale à tout l'univers high-tech connecté. Son arme secrète : une nouvelle technologie d'amplification baptisée ADH ("Analogic Digital Hybrid"), mise au point par Pierre-Yves Calmel, cofondateur et président de Devialet, et qui a conquis tous les experts de la hi-fi, aux yeux de qui cette innovation est tout simplement la plus grande avancée en matière de son depuis des décennies... Objet (super)sonique non identifiéVoici maintenant venue l'heure de l'épisode 2 : la menace Phantom. Devialet vient de dévoiler à Paris son premier dock nomade connecté, objet (super)sonique non identifié. À chacun sa définition du produit grand public : les uns diront que ce nouveau dock Wi-Fi est bien moins cher que les amplis audiophiles de la marque, les autres contacteront leur banquier avant de craquer pour un système audio de dix kilos au son parfait, mais proposé à 1 650...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant