Devialet dévoile une levée de fonds VIP de 100 millions d'euros

le
0
Devialet dévoile une levée de fonds VIP de 100 millions d'euros
Devialet dévoile une levée de fonds VIP de 100 millions d'euros

Devialet a annoncé lundi une levée de fonds de 100 millions d'euros auprès de partenaires triés sur le volet désireux d'accompagner la pépite française dans son projet de devenir un leader mondial des technologies du son.Ce tour de table rassemble des capitaux asiatiques, avec le taïwanais Foxconn, le coréen Naver et le japonais Sharp, des capitaux des sociétés de personnalités américaines -- le musicien Jay Z et Andy Rubin, l'un des pères du système d'exploitation Android -- mais aussi de Renault, du fonds souverain du Qatar et de fonds français. "On a vraiment choisi nos investisseurs, et on en a refusé" certains, explique Quentin Sannié le cofondateur et directeur général de la société à l'AFP."Au delà des 100 millions c'est l'appui d'acteurs de premier plan que nous recherchions pour être capables de faire de Devialet un leader de son industrie". "Nous voulons devenir la technologie de référence dans le son et toutes les applications du son".Pour l'entrepreneur, les technologies de Devialet appliquées aujourd'hui à des amplificateurs haut de gamme qui allient la qualité de l'analogique et la puissance du numérique, peuvent être associés à une vaste gamme de produits, des voitures, aux téléviseurs en passant par les objets connectés. Le groupe qui avait levé précédemment 55 millions d'euros, dont 40 auprès des hommes d'affaires français Bernard Arnaud, Xavier Niel, Jacques-Antoine Granjeon et Marc Simoncini, doit "passer à une échelle supérieure", explique-t-il.Mais l'actionnariat restera à plus de 80% français et la société gardera son indépendance. "On ne vend pas la boîte, ça reste une entreprise française mais à vocation mondiale: il faut être fort en Asie et en Californie, là où la conception des produits se fait", expose Quentin Sannié.Devialet gagne ainsi le soutien du géant taïwanais de l'électronique Foxconn, et de son fonds d'investissement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant