Devenir « business angel » : est-ce intéressant ?

le
1

On appelle « business angels » les personnes qui accompagnent financièrement le développement d’une PME. Ils peuvent fonctionner seuls, ou via des réseaux. L’intérêt est souvent d’ordre fiscal. Mais celui-ci n’est jamais seul, et ces « anges » préfèrent, dans la plupart des cas, aider des PME dont l’activité les passionne.

Les raisons financières et fiscales

L’investissement en tant que « business angel » donne droit à des avantages fiscaux. Le plus réputé dans ce secteur provient d’un texte nommé « loi Tepa » (loi en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat). Depuis 2007, cette loi permet de bénéficier d’une réduction de 18% de la somme investie sur l’impôt sur le revenu, ou 50% de l’ISF si l’on est imposable. Attention toutefois, car cette déduction est soumise à quelques conditions :
  • les titres investis doivent être conservés par l’investisseur ;
  • pour l’ISF, le plafond de la déduction est de 45 000 € ;
  • en outre, la société doit répondre à des critères : engager moins de 250 salariés, réaliser un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 millions d’euros, etc. En somme, elle doit correspondre à la définition d’une PME, au sens communautaire ;
Un autre facteur intéressant est l’assouplissement du cadre des SIBA, c’est-à-dire des réseaux des business angels. Depuis 2009, ces holdings ne devaient pas comprendre plus de 50 investisseurs. Jusque-là, elles pouvaient en comprendre deux fois plus, ce qui a limité leur marge de manœuvre. En 2015, suite à une perte de vitesse de ce type d’investissement, des amendements sont venus alléger ce cadre.
Dans le journal l’Express, Bernadette Laclais (députée PS de Savoie) a déclaré en 2015 qu’elle souhaitait continuer à inciter les business angels. Dans les années à venir, il se pourrait donc que le cadre évolue, et rende l’investissement plus attractif encore.

Les raisons humaines

Même si la fiscalité est un facteur très important, il est rare qu’il soit le seul à intervenir dans la décision des business angels.
Le profil de ce genre d’investisseur est un homme plutôt âgé (entre 50 et 65 ans), ancien cadre ou dirigeant d’entreprise. En règle générale, ce sont des personnes qui ont accumulé à la fois une expérience et un capital, et qui prennent plaisir à aider au lancement d’autres entreprises. C’est encore plus vrai si ces nouvelles sociétés sont dans le même secteur d’activité. En outre, les business angels ont la sensation de créer de l’emploi, et donc de participer à l’économie de leur pays.

Trucs & Astuces 

Si vous êtes un porteur de projet, les business angels peuvent vous aider dans beaucoup de domaines. Ce ne sont pas uniquement des sources de capitaux, mais également des hommes et des femmes d’expérience, qui peuvent vous aider à négocier un investissement, à vous orienter ou à peaufiner votre projet.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7698629 il y a 9 mois

    Merci pour cet article qui résume bien le profil des Business Angels, ce qu'ils recherchent, les motivent... J'anime le 1er réseau de BAs de France, Investessor, et j'apporte une nuance : les avantages liés à la fiscalité peuvent être une motivation pour des investisseurs qui cherchent à défiscaliser. Ils le sont en réalité assez peu pour des Business Angels qui, certes en profitent, mais n'en font pas une condition pour investir. La preuve notre réseau existe depuis 98, avant la loi TEPA...