Devedjian : «Ne jamais céder à la menace»

le
0
Pour le président du conseil général des Hauts-de-Seine, «la Turquie menace beaucoup trop pour un pays qui veut entrer dans l'Union européenne».

Les menaces d'Istanbul n'impressionnent pas Patrick Devedjian. Invité jeudi du «Talk-Orange-Le Figaro», le président du conseil général des Hauts-de-Seine a estimé que « la Turquie menace beaucoup trop pour un pays qui veut entrer dans l'Union européenne». Selon lui, le comportement de la Turquie, présent ou passé, à l'égard d'Israël, de Chypre, de l'Irak du Nord, de la Syrie, de la Grèce, et bien sûr de l'Arménie, lui donne une image «assez repoussante». «Ce n'est pas une manière de se comporter dans les relations internationales, a-t-il estimé. Il faut apprendre à vivre avec les autres pays.»

En réponse à la «démonstration de force» et aux «slogans extrêmement violents» des manifestants turcs, jeudi matin, devant l'Assemblée nationale, l'avocat Devedjian a rappelé que «la Turquie est mal placée pour donner des leçons» en matière de liberté de pensée, «puisque l'article 301 du Code pénal turc interdit d'émettre en Turquie la moindre th

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant