Devant Piketty, Macron admet «l'échec» du modèle français face aux inégalités

le
11
Devant Piketty, Macron admet «l'échec» du modèle français face aux inégalités
Devant Piketty, Macron admet «l'échec» du modèle français face aux inégalités

Face aux inégalités économiques et sociales, le modèle français est «en échec». Ce constat est signé du ministre de l'Economie lui-même, en ouverture d'un colloque organisé ce vendredi à Bercy et intitulé «Quelles politiques publiques pour quelles inégalités au XXIe siècle ?» Emmanuel Macron a effectué cette déclaration en présence d'une personnalité très critique à l'égard du gouvernement et spécialiste de l'étude des inégalités, l'économiste Thomas Piketty.

«Nous sommes en échec, c'est la cruauté des constats de long terme que Thomas Piketty a établi, il faut bien le constater», a déclaré le ministre. Devant l'économiste, dont le livre «Le Capital au XXe siècle» connait un succès planétaire depuis sa sortie et qu'Emmanuel Macron a lu, le ministre a reconnu que ces inégalités contribuent à «ralentir la croissance en augmentant toujours plus l'accumulation d'un capital dans les mains d'un petit nombre mais aussi en sapant le dynamisme, l'innovation, les ressorts de l'investissement». Pour réduire ces inégalités, Emmanuel Macron s'est dit favorable à l'utilisation de la fiscalité comme «instrument», notamment au niveau européen.

Parlant des inégalités comme d'un «couvercle sur la réussite», le ministre de l'Economie s'est interrogé sur la manière de «convertir» cette préoccupation en «politique concrète». Reconnaissant à nouveau les «erreurs du passé», il a appelé à «une réflexion, sans doute plus profonde que celle que nous avons conduite, sur la fiscalité, la mobilité du capital et la concurrence fiscale».

Un conseiller de Hollande devenu critique à l'égard de sa politique

«La vérité m'oblige à dire que la manière dont l'Europe a traité la crise de 2008-2011 n'a pas aidé à régler le problème», a-t-il expliqué, regrettant l'absence d'une politique consistant «à traiter avec brutalité les intérêts acquis» et estimant que «les intérêts ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le vendredi 23 jan 2015 à 16:15

    Une taxe unique pour le travail et le capital. Et on jete le reste.

  • KOLMIJP le vendredi 23 jan 2015 à 15:11

    Il faut appliquer l'égalité à tous les niveaux, mêmes régimes de retraite, durées de cotisations, temps de travail ...Il faut arrêter le matraquage fiscal, diminuer le nombre des fonctionnaires, dissoudre les comités et commissions de "potes", apprendre aux politiques qu'ils servent le pays et non pas qu'ils se servent sur le pays, faire preuve de la plus complète transparence dans les comptes publics...

  • patriot9 le vendredi 23 jan 2015 à 15:05

    Je ne suis pas d'accord. Le France est un des rares pays ou les inégalités n'ont pas explosées grace a son model social. Le scandale, c'e sont les pays ultra libéraux ou 10 % possèdent 90 % de la richesse.

  • Aston54 le vendredi 23 jan 2015 à 14:51

    L'echec du modèle social français tient aussi dans le fait que sa "générosité" conduit beaucoup à préférer l'assistanat au travail et à toujours remettre la faute sur les "riches" façon Hollande (+de 4000 euros/mois).

  • M7097610 le vendredi 23 jan 2015 à 14:42

    benoitdh, justement, les inégalités étaient bien plus faibles de 45 à 70 durant les 30 glorieuses ... c'est Reagan et Thatcher qui ont remis en cause cette lutte contre les inégalités au motif que les meilleurs dynamisent la croissance pendant qu les autres mendient leur subsistance à crédit auprès des banques. La crise de la dette démontre la fin de ce systeme

  • benoitdh le vendredi 23 jan 2015 à 14:33

    Les recommandations de Piketti sont celles qui ont inspiré notre modèle social d'après 1945.Quel succès!

  • jean-648 le vendredi 23 jan 2015 à 14:33

    C'est pas le fait de réduire les parlementaires qui supprimera le chomage. C'est une décision purement "cosmétique" pour le peuple, qui croira qu'on a économisé des milliards d'euros. Je serai plutôt à un retour des 25h par semaine si il y a une augmentation de la productivité. Il n'y a plus suffisement de boulot pour tout le monde surtout si l'on consomme de moins en moins comme aujourd'hui. Ou alors changer completement de systeme.

  • Georg47 le vendredi 23 jan 2015 à 14:27

    AÏe, AîE, ils vont dépenser la bouffée d'oxygène de la BCE....

  • f.fluidi le vendredi 23 jan 2015 à 14:27

    Macro le dit lui-même: virer Hollande !!! Bravo

  • M8252219 le vendredi 23 jan 2015 à 14:21

    Les réformes sont du ressort exclusif du Gouvernement.Réduire de moitié le nombre des parlementaires plafonner et fiscaliser tous leurs revenus,indemnités et avantages.Supprimer les régimes spéciaux,réduire drastiquement le nombre des fonctionnaires administratifs en ne faisant plus de lois"usines à gaz"inapplicables. retour aux 39h TOUS,3 jrs de délai de carence en arrêt maladie TOUS.Retraire à 65 ans TOUS avec même calcul.