Devant l'Élysée, nostalgie et invectives

le
0
REPORTAGE - La pluie battante n'a pas dissuadé les partisans de venir mardi devant l'Élysée, les uns pour accueillir François Hollande, les autres pour saluer Nicolas Sarkozy.

En deux ch½urs distincts, tous s'époumonaient à scander formules et slogans dans une joute croisée dont on a peiné à contenir les débordements.

Quelques dizaines de militants de l'UMP, drapeau tricolore à la main, sifflent copieusement, à leur arrivée, Martine Aubry et Lionel Jospin.«On a gagné, on a gagné!» répètent de jeunes militants du PS. «On a gagné quoi, bande d'imbéciles, la misère et la déroute?!» ragent Rosette, Simone et Do, un groupe de retraitées venues de Neuilly. «La seule chose que François Hollande saura faire, c'est donner des promesses et de l'argent qu'il n'a pas», s'échauffe l'une d'elles. «Nicolas Sarkozy a été un très bon président, il a tout donné de lui», approuve un passant amer.

«La fin d'un monde»

Alors qu'un homme brandit un portrait grand format de Hollande, de jeunes partisans de l'UMP s'ingénient à inventer mille et une déclinaisons de son slogan: «Le déluge, c'est maintenant!» crie un jeune en prenant le ciel ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant