Devant, ça se bouscule !

le , mis à jour à 07:00
0
Devant, ça se bouscule !
Devant, ça se bouscule !

Si le football français devait payer un impôt fixé au prorata du nombre d'attaquants de haut niveau sélectionnables, il serait sur la paille... Car jamais l'équipe de France n'a pu compter en même temps sur autant d'atouts offensifs de niveau mondial. Dix ! Antoine Griezmann, prétendant au Ballon d'or, est la plus belle pépite du gisement. Derrière, la liste déborde. Kevin Gameiro est son coéquipier à l'Atlético Madrid. Le duo est dirigé par Diego Simeone, un des meilleurs entraîneurs du monde. Olivier Giroud empile régulièrement les buts en Championnat d'Angleterre avec Arsenal. Karim Benzema est un des patrons du Real Madrid depuis sept ans. Sportivement, son talent est indiscutable et, sans l'affaire de la sex-tape, il n'aurait pas quitté les Bleus.

 

Derrière ce quatuor, André-Pierre Gignac pourrait encore faire le bonheur de nombreux clubs européens. Seul le poids des pesos mexicains l'a envoyé jouer de l'autre côté de l'océan, à Monterrey.

 

Le Lyonnais Alexandre Lacazette a franchi un palier depuis six mois. Il vise le titre de meilleur buteur de L 1 et trouvera facilement preneur à l'étranger en fin de saison prochaine. La nouvelle génération d'attaquants est encore plus précoce que sa devancière. Kingsley Coman (Bayern Munich) et Anthony Martial (Manchester United) vivent un apprentissage accéléré du très haut niveau chaque semaine avec leur entraîneur respectif, Carlo Ancelotti et José Mourinho... Et voilà maintenant que Nabil Fekir (Lyon) et Ousmane Dembélé (Borussia Dortmund) frappent aussi à la porte avec leur jeunesse et leur culot. « C'est une chance énorme de posséder un tel réservoir, estime Christophe Dugarry, animateur sur RMC. C'est un magnifique casse-tête pour Didier Deschamps. Parfois, les attaquants sont en méforme et il faut composer. Là, avec ce nombre, la France semble parée. » Mais empiler les meilleurs n'est pas toujours une garantie. La France a payé en 2002 pour le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant