Deux tiers des Français négatifs sur leur avenir financier

le
29

49% des Européens seraient pessimistes sur leur avenir financier, dont 62% de Français.
49% des Européens seraient pessimistes sur leur avenir financier, dont 62% de Français.

Les Français seraient les plus pessimistes d'Europe, fait ressortir une étude menée par la société BlackRock, reprise par Les Echos.

62% des Français seraient négatifs vis-à-vis de leur avenir financier, pour une moyenne de 49% sur le Vieux continent. L'étude menée à l'échelle mondiale par BlackRock fait ainsi ressortir le pessimisme marqué des Français vis-à-vis de leur avenir économique et financier, tout en soulignant également que la moyenne européenne est tristement élevée.

Cahier de doléances

Quelles sont les angoisses financières des 62% de sondés français ayant affiché leur pessimisme ? Pour 55% des personnes concernées, le coût de la vie serait trop élevé, ce qui en fait la principale raison mentionnée.

Deux autres raisons ont été avancées par plus de la moitié des personnes concernées : la situation économique du pays (52%) et les hausses d'impôts (52% également).

3% des Français optimistes sur la situation économique

A en croire les résultats de l'enquête, seuls 3% des Français estimeraient que la situation économique française s'améliore. Un chiffre extrêmement faible.

Quel comportement adoptent donc les Français face à cet avenir perçu avec méfiance ? 44% des sondés ont affirmé que l'épargne est pour eux une priorité, et 26% ont mentionné que cet argent est mis de côté en prévision de la retraite. Un chiffre plutôt cohérent avec celui présenté dans un autre sondage publié la semaine dernière au sujet de la perception que les Français ont de leur future retraite : 34% des sondés avaient affirmé mettre régulièrement de l'argent de côté pour compenser leurs faibles anticipations de retraite future.

X.B.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le mercredi 26 nov 2014 à 06:27

    suite ... donc puits sans fond qui n'ouvre aucune perspective puisque tous les fonds qui y sont consacrés s'y perdent pour survivre et non s'investir dans des projets d'avenir. Les défavorisés sont d'abord à définir strictement et doivent être aidés à s'en sortir et non à survivre.

  • b.renie le mercredi 26 nov 2014 à 06:23

    Depuis trente ans, il n'y a pas de politique de développement en France. Depuis trente ans on fait du social, on n'entend parler que des plus défavorisés : concept abscons en économie s'il en est car le superlatif indique qu'il y aura toujours des plus défavorisés. Don puits s

  • g.dupuy le mercredi 26 nov 2014 à 01:11

    Les 3%de satisfaits sont les politicards qui se gavent sur le dos des français

  • M3366730 le mercredi 26 nov 2014 à 01:00

    En tout cas tout les ahuri(e)s et les benêts qui ont votés pour FH n'ont qu'à la mettre en veilleuse et se faire tondre en silence.

  • jayce003 le mardi 25 nov 2014 à 18:18

    C est les impots qui me font peur.

  • frk987 le mardi 25 nov 2014 à 18:07

    Donc si ces braves gens ne veulent pas boursicoter en envoyer paitre la doctrine socialo ils finiront comme les retraités de l'ex URSS, et croyez moi que c'est le niveau de vie des SDF.

  • frk987 le mardi 25 nov 2014 à 18:05

    Quant à la logique des français sur leur épargne retraite, leur comportement me dépasse, s'ils s'imaginent qu'avec une AV qui rapporte au mieux 2,5% ça va régler leur problème, c'est purement hallucinant cette naïveté. 20 ans de retraite à 2000 euros mensuels c'est 500.000 qu'il faut avoir sur son compte avant de prendre sa retraite...combien de gens sont dans ce cas ?????????

  • m.ramano le mardi 25 nov 2014 à 17:58

    3% c'est beaucoup.

  • m.ramano le mardi 25 nov 2014 à 17:57

    Moi qui voulais que mes enfants fassent de politique. Hèlas

  • faites_c le mardi 25 nov 2014 à 17:54

    J'ai un doute que BlackRock ait publié une dizaine d'études sur l'épargne ces derniers jours. Celle commentée sur le site Easy Bourse donne des conclusions qui n'ont strictement rien à voir avec celles mentionnées par Bourso. A savoir que les français refusent de prendre des risques avec leur épargne et sont considérés comme "les épargnants les plus frileux" du panel étudié (épargnants de 20 pays). N'ayant pas eu l'étude entre les mains je suis incapable de savoir qui me raconte des craques!