Deux sondages confirment le recul de popularité de l'exécutif

le
5
DEUX NOUVEAUX SONDAGES CONFIRMENT LA BAISSE DE LA POPULARITÉ DE L'EXÉCUTIF
DEUX NOUVEAUX SONDAGES CONFIRMENT LA BAISSE DE LA POPULARITÉ DE L'EXÉCUTIF

PARIS (Reuters) - La popularité de l'action de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault a une nouvelle fois reculé en novembre sans que cela ne profite toutefois à l'opposition, selon deux sondages publiés lundi.

Selon le baromètre Clai-Metronews-LCI réalisé par OpinionWay, le chef de l'Etat atteint un nouveau plus bas, avec 22%(-4) de satisfaits et 77% de mécontents. Quant au Premier ministre, il est crédite de 23% de satisfaits (-6) et de 75% de mécontents.

Une tendance également dessinée par le sondage réalisé par Ipsos pour l'hebdomadaire Le Point. Avec 21% d'opinions favorables, le chef de l'Etat perd trois points par rapport au mois dernier et six points depuis septembre.

Trois quarts des Français (75%, +4 points) se déclarent désormais critiques à l'égard de François Hollande, 40% (+5 points) allant même jusqu'à juger de façon "très défavorable" son action.

Même constat pour le Premier ministre qui recueille 21% d'avis favorables (-5 points) et 72% d'opinions négatives (+9 points), signant le plus faible score jamais mesuré pour un Premier ministre depuis la création de ce baromètre en janvier 1996.

L'opposition ne semble toutefois pas tirer profit de l'impopularité de l'équipe au pouvoir.

La présidente du FN Marine Le Pen décroche de six points, à 29% de satisfaits, "preuve que la montée inéluctable du FN dans l'opinion est un fantasme médiatique", écrit le directeur général adjoint d'OpinionWay Bruno Jeanbart.

Marine Le Pen enregistre un recul similaire dans l'étude d'Ipsos avec 31% d'opinions positives, soit trois points de moins en un mois, à la suite de ses déclarations controversées sur les otages français de retour du Mali.

A l'UMP, aucune personnalité ne réalise de percée importante et les sympathisants UMP se montrent assez critiques à l'égard des membres de leur parti, avec moins six points en un mois pour Nicolas Sarkozy (79%) et moins quatre points pour Alain Juppé (72%), note Ipsos.

Au centre, François Bayrou progresse de quatre points à 42% d'opinions favorables et Jean-Louis Borloo reste stable, également à 42%, selon Ipsos. La cote de popularité de Jean-Luc Mélenchon baisse quant à elle de deux points, à 31%.

Le sondage Ipsos a été réalisé les 8 et 9 novembre par téléphone auprès d'un échantillon de 962 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

L'étude OpinionWay a été réalisée du 4 au 7 novembre par téléphone auprès d'un échantillon de 1.002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Marine Pennetier, édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le lundi 11 nov 2013 à 20:30

    Moi Président, je serai le pire Président de la V° République...!

  • M1531771 le lundi 11 nov 2013 à 20:29

    Mêmes certains Ministres et autres Députés ne croient plus en Anormal I°...seuls subsistent les assistés et autres fonctionnaires et peut être leurs proches...!!! MDR

  • dsta le lundi 11 nov 2013 à 18:52

    Il ferait mieux de dégager avant d'être complètement déglingué !

  • roulio86 le lundi 11 nov 2013 à 18:34

    il s'accroche, ferait mieux de démissionner ce mina-ble et retourner dans sa Corrèze pour finir de la couler......il a quand meme réussi à mettre ce département le plus endetter de France en 4 ans...quant on voit l'état de la France au bout de 18 mois, je n'ose pas imaginer dans 3 ans et demi...

  • dupon666 le lundi 11 nov 2013 à 18:31

    Le PS perd ses boulons..