Deux soldats israéliens entrent par erreur dans un camp palestinien

le , mis à jour à 15:33
0
Deux soldats israéliens entrent par erreur dans un camp palestinien
Deux soldats israéliens entrent par erreur dans un camp palestinien

L'erreur d'orientation de deux soldats israéliens a eu des conséquences dramatiques. Alors qu'ils suivaient les indications de l'application routière Waze, ils sont entrés en jeep dans le camp de réfugiés palestiniens de Qalandya dans la nuit de lundi à mardi un peu avant minuit, selon la police et l'armée israéliennes.

Les soldats ont suivi l'application qui «leur a indiqué un raccourci de Jérusalem à Ramallah» en Cisjordanie, a expliqué le ministre de la Défense Moshé Yaalon, cité par son bureau.

Cette incursion a aussitôt provoqué des violences, qui se sont poursuivies durant plusieurs heures dans la nuit quand les forces israéliennes ont lancé une vaste opération pour extraire les deux militaires et empêcher un éventuel lynchage. Les deux soldats ont fini par être récupérés sains et saufs. Mais un Palestinien a été tué et dix autres blessés, ont indiqué les autorités palestiniennes. Côté israélien, cinq garde-frontières ont été blessés dont un sérieusement, a dit la police.

Les autorités palestiniennes ont identifié le jeune homme tué comme Iyad Omar Sajdia, un étudiant en journalisme de 22 ans. Une traînée de sang était visible sur le toit sur lequel il est mort, a constaté une journaliste de l'AFP. Tous les magasins du camp ont fermé leurs portes en signe de deuil en attendant les funérailles.

Palestinian killed in clashes with Israeli army following firebomb attack on IDF jeep https://t.co/BhEdz7h2LB pic.twitter.com/nt5U2jtbDK— Haaretz.com (@haaretzcom) 1 mars 2016

«Il ne faut pas oublier comment on se sert d'une carte»

L'entrée par erreur des soldats à Qalandya a suscité des interrogations au sein de l'armée, réputée comme la plus technologiquement avancée dans la région et sur le rapport de ses militaires avec les technologies. Les deux soldats égarés «ne connaissaient pas le terrain», a déclaré le ministre de la Défense. «Il faut vérifier qui les a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant