Deux proches d'Abdeslam transférés en France et mis en examen

le
0
 (Actualisé avec mis en examen) 
    PARIS, 6 juillet (Reuters) - Mohamed Amri et Ali Oulkadi, 
soupçonnés d'avoir aidé Salah Abdeslam à prendre la fuite en 
Belgique après les attentats du 13 novembre 2015, ont été 
transférés mercredi en France et mis en examen, a-t-on appris de 
sources judiciaires. 
    Ils ont tous deux été mis en examen pour "association de 
malfaiteurs terroriste en vue de commettre des crimes d'atteinte 
aux personnes" et "recel de malfaiteurs en relation avec une 
entreprise terroriste", précise-t-on de source française. 
    Les deux hommes ont été écroués, ajoute-t-on de même source. 
    Le parquet fédéral belge, qui a annoncé leur remise à la 
France, n'a donné aucune précision sur les circonstances de ce 
transfert réalisé en exécution d'un mandat d'arrêt européen 
délivré par la France. 
    Selon la justice française, Mohamed Amri est venu en France 
en compagnie d'un autre suspect, Hamza Attou, pour récupérer 
Salah Abdeslam et le ramener en Belgique au lendemain des 
attaques qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis. 
    Ali Oulkadi, un Français résidant à Bruxelles, est de son 
côté accusé d'avoir servi de chauffeur à Salah Abdeslam, seul 
survivant des commandos du 13 novembre, dans la capitale belge 
le 14 novembre. 
    Hamza Attou a été transféré en France la semaine dernière. 
  
 
 (Simon Carraud, édité par Jean-Philippe Lefief) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant