Deux policiers turcs tués dans la province de Bingol

le
0

(Actualisé avec nouvelles manifestations violentes) ISTANBUL, 9 octobre (Reuters) - Deux agents de la police turque ont été tués et un commandant blessé jeudi dans une attaque commise dans la province de Bingol, dans l'est du pays, rapporte la chaîne de télévision CNN Türk. Les trois policiers ont été pris pour cible alors qu'ils inspectaient des magasins du centre-ville de Bingol endommagés cette semaine lors de manifestations de soutien de la communauté kurde de Turquie aux Kurdes syriens de Kobani, la ville assiégée par les combattants de l'Etat islamique. L'attaque n'a pas été revendiquée. Des milliers de Kurdes ont manifesté dans plusieurs villes de Turquie pour dénoncer ce qu'ils qualifient d'indifférence du gouvernement turc au sort de Kobani, située sur la frontière entre la Syrie et la Turquie. (voir ID:nL6N0S454L ) Ces rassemblements ont dégénéré en affrontements entre manifestants et forces de l'ordre qui ont fait au moins 25 morts mardi à travers la Turquie. Des couvre-feux ont été rétablis dans cinq provinces du pays, des mesures sans précédent depuis les années 1990, au plus fort des attaques du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). De nouveaux incidents violents ont été signalés jeudi dans l'est et le sud-est de la Turquie. Dans la province de Gaziantep, à la frontière avec la Syrie, quatre manifestants ont été tués et une vingtaine d'autres blessés jeudi dans des affrontements entre manifestants exprimant leur solidarité avec les Kurdes de Kobani et des groupes de contre-manifestants. La police a fait usage de grenades lacrymogènes et a utilisé des canons à eau pour les disperser. Des bombes incendiaires ont été lancées sur les forces de l'ordre tandis que des piles de pneus étaient incendiées et des vitrines brisées. Jeudi soir, deux bâtiments abritant des organismes liés au Parti démocratique du peuple (HDP, pro-kurde) à Gaziantep étaient la proie des flammes, rapporte l'agence de presse Dogan. Le sort de Kobani a également ravivé les antagonismes entre les sympathisants du PKK et des groupes islamistes qui semblent prendre le parti de l'Etat islamique. (Humeyra Pamuk; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant