Deux policiers tués dans une course-poursuite à Paris

le
20
DEUX POLICIERS TUÉS DANS UNE COURSE POURSUITE À PARIS
DEUX POLICIERS TUÉS DANS UNE COURSE POURSUITE À PARIS

PARIS (Reuters) - Deux policiers de la brigade anti-criminalité (Bac) engagés dans une course-poursuite ont trouvé la mort jeudi matin sur le périphérique parisien après avoir été percutés par une voiture prise en chasse.

Un troisième, grièvement blessé, a été évacué vers l'hôpital Beaujon.

Les deux occupants du véhicule pris en chasse, un 4x4, ont été arrêtés. Le conducteur, âgé d'une vingtaine d'année, n'avait pas de permis et était sous l'emprise de l'alcool, a indiqué le procureur de la République, François Molins.

Une enquête a été ouverte en crime flagrant pour homicide volontaire et tentative d'homicide sur fonctionnaire de police, ainsi que complicité, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse.

"Tout laisse penser que le véhicule Range Rover a percuté volontairement le véhicule Mondeo de la Bac", a dit François Molins, précisant qu'aucune trace de freinage n'avait été relevée sur les lieux.

Le conducteur âgé de 22 ans, qui avait déjà été condamné à huit reprises, dont cinq fois pour des délits routiers, conduite sans permis ou en état alcoolique, encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

"Je ne doute pas un seul instant que la justice sera impitoyable" à l'égard de ce type de comportement, a déclaré le ministre de l'Intérieur Manuel Valls à la presse. "Une nouvelle fois des fonctionnaires de police sont victimes de ce comportement (...) Ce sont des actes particulièrement graves".

LE CHAUFFEUR SOUS L'EMPRISE DE L'ALCOOL

La course-poursuite a démarré vers 06h00 porte Maillot, sur le périphérique intérieur, quand une patrouille de la Bac a repéré un véhicule qui roulait à vive allure et multipliait les écarts.

Elle s'est achevée entre la porte de Clignancourt et la porte de la Chapelle, dans le nord de Paris, où les fuyards ont percuté par l'arrière une autre voiture du même service.

"Les autopsies révèlent une mort immédiate due à un choc extrêmement violent", a souligné François Molins.

Le magistrat a estimé que la question d'un homicide volontaire se posait "très sérieusement" malgré l'état d'ébriété du conducteur.

"Quand vous percutez à 150 km/h un véhicule qui roule à 20 km/h devant vous, muni d'un gyrophare, sérigraphié police, sans chercher à vous arrêter, a priori vous avez quand même certaines intentions", a-t-il dit.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le chauffeur avait 1,4 gramme d'alcool par litre de sang alors que la limite est fixée à 0,5 grammes et était en défaut de permis de conduire.

"Il a expliqué pendant sa garde à vue qu'il sortait d'un établissement proche des Champs-Elysées où il avait bu beaucoup de vodka", a précisé le procureur de Paris.

Le passager avait également 1,6 gramme d'alcool dans le sang.

Nicolas Bertin, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4841131 le jeudi 21 fév 2013 à 19:56

    les 2 m...es ne travaillent pas, comment avoir un 4x4 à 80000€ et ne pas être inquiéter ???? y a pas de contrôle sur le train de vie des gens qu'on sait malhonnête, cher ministre de la justice, pourriez vous vous bouger le c.ul pour que votre appellation soit correcte

  • M1128799 le jeudi 21 fév 2013 à 19:55

    Recueillement pour ces trois fonctionnaires et leurs familles.

  • M1531771 le jeudi 21 fév 2013 à 19:51

    La meilleure défense pour eux sera leur origine, si ils sont suédois ils prendront peu et sortiront rapidement, dans le cas contraire ça risque de faire mal...n'en déplaise à g.joly1 !

  • 90342016 le jeudi 21 fév 2013 à 15:42

    vive marine

  • 90342016 le jeudi 21 fév 2013 à 15:42

    pas belle la justice meme pas peur que fait la vals taubira les intouchables bon a rien

  • bordo le jeudi 21 fév 2013 à 14:33

    Et quel est le nom de ces charmants jeunes gens ? ils soignent un léger mal de tête et les familles pleurent leurs proches. Ils sortiront dans deux ans...

  • bordo le jeudi 21 fév 2013 à 14:31

    Et quel est le nom de ces charmants jeunes gens ? ils soignent un léger mal de tête et les familles pleurent leurs proches. Ils sortiront dans deux ans...

  • 2445joye le jeudi 21 fév 2013 à 14:23

    Le problème des courses-pousuite qu'engage la police avec des automobilistes mérite débat car ce genre d'action met en jeu la vie des policiers, des poursuivis mais aussi celle des personnes qui n'ont rien à voir dans l'affaire et qui ont le malheur de se trouver sur la trajectoire de la poursuite.

  • danapoin le jeudi 21 fév 2013 à 14:08

    "justice impitoyable"...LOL! le pov chéri maghrébin sera tout juste sermonné ... touchez pas aux immigrés, futurs électorat socialo.... et oui en france c'est bien toujours les mêmes qui font des mauvais coups de toutes sortes!

  • peggy111 le jeudi 21 fév 2013 à 14:03

    prendre des risques pour arreter une voiture c est ridicule on prend le numero et c est tout le lendemain on arrete le conducteur